/news/politics

Les musulmans ont une responsabilité dans la lutte au terrorisme

Patrick Bellerose | Agence QMI

Les musulmans du Québec doivent participer à la lutte contre le terrorisme, affirme le premier ministre Couillard dans la foulée de l’attentat de Flint, au Michigan.

Un Québécois d’origine tunisienne est soupçonné d’avoir tenté d’égorger un policier mercredi à l’aéroport de Flint, au Michigan. L’événement est traité comme un possible attentat terroriste.

«Malheureusement, on ne peut pas séparer ce type d’événement, le terrorisme, de l’Islam en général», a commenté Philippe Couillard, en anglais, jeudi matin.

«Et je pense que le président Macron a été très éloquent à ce propos quand il s’est adressé à la communauté musulmane de France. Il leur a dit : c’est aussi votre responsabilité d’agir sur le front théologique, d’expliquer à vos gens que ça ne fait pas partie de la religion, que c’est contraire aux enseignements de la religion. Il y a une responsabilité double», estime le premier ministre.

En participant à un repas de rupture du jeûne mardi soir, le président français, Emmanuel Macron, a invité les représentants de la communauté musulmane, en France, à mener le «combat» contre «le fanatisme et sa diffusion».

Précisions

Quelques heures plus tard, le premier ministre a précisé ses propos en français. La communauté musulmane dénonce déjà les attentats, estime Philippe Couillard. «J’entends régulièrement des imams qui disent que ce n’est pas ça l’Islam, mais il faut le dire très fortement, et surtout, entre eux également, à l’intérieur même de leurs débats religieux, théologiques, dit-il. Il faut que ce soit dit très, très, très fortement.»

Par contre, le premier ministre ne reprend pas l’idée évoquée par Emmanuel Macron de former les imams en France, plutôt qu’à l’étranger. «Je pense qu’on ne veut pas, au Québec, que l’État se mêle directement des religions», a-t-il fait valoir.

Au Forum musulman canadien, la porte-parole Samah Jebbari se dit «perplexe» face à la sortie de Philippe Couillard, puisque les communautés musulmanes dénoncent déjà les actes terroristes. Toutefois, son organisme est prêt à en faire plus pour lutter contre la radicalisation, dit-elle.

Pas de menace

Bien que l’auteur de l’attentat à Flint soit québécois, Philippe Couillard assure que le niveau de menace n’a pas été relevé au Québec.

Toutefois, le modus operandi des récents attentats (armes blanches, véhicules, etc.) complique la tâche des autorités. «Alors, c’est difficile de prétendre qu’on contrôle tous les risques», convient Philippe Couillard.