/news/society

Se battre pour avoir le droit à des bains en CHSLD

Harold Gagné | TVA Nouvelles

Une résidente du Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) de Mont-Tremblant a décidé de s'adresser au Protecteur du citoyen pour que les personnes qui le désirent aient droit à au moins deux bains ou deux douches par semaine.

Elle conteste le fait que seule une évaluation médicale détermine si un résident en centre d'hébergement peut y avoir droit.

«Je ne me sens pas propre», répète à plusieurs reprises Marceline Harvey, atteinte de sclérose en plaques, et clouée à un fauteuil roulant.

Elle demeure depuis quatre ans dans ce centre qu'elle aime beaucoup, mais elle voudrait pouvoir obtenir plus d'une douche par semaine, comme c'était le cas quand elle demeurait chez elle.

«J'espère obtenir gain de cause pour aider tous ceux et celles qui sont la même situation que moi.»

Sa voisine de chambre, Marie-Anne Lacasse, espère que ça va fonctionner.

«Moi aussi je voudrais avoir une deuxième douche. Ce serait la moindre des choses!», dit-elle.

L'an passé, Marceline Harvey s'est déjà adressée à la commissaire aux plaintes du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides. Elle avait essuyé un refus.

Sa demande s'est rendue jusqu'à la déléguée du Protecteur du citoyen qui a jugé que son état de santé, qui doit être réévalué tous les trois mois, n'exige pas de deuxième douche.

En effet, elle n'a pas de risques de plaies, elle ne souffre pas d'obésité et n'a pas de transpiration abondante.

«Chaque résident a des besoins différents. Avec l'évaluation, nous pouvons ajuster le tir », explique le porte-parole du CISSS des Laurentides, Alain Paquette.

Certaines personnes ont plus d'un bain ou une douche par semaine, mais le CISSS ne veut pas on ne peut pas nous dire combien.

«On manque de respect et de dignité envers ces malades», s'offusque Maurice Giroux, qui a été président du comité des résidents du CHSLD de Mont-Tremblant et qui aide Marceline Harvey.

Le ministre Gaétan Barrette a préféré ne pas commenter cette histoire étant donné que le dossier est entre les mains du Protecteur du citoyen.

Il a dit l'an passé que l'hygiène corporelle peut être optimale sans bain.

En attendant la décision du Protecteur du citoyen, la sœur de Mme Harvey paie 100 dollars par mois pour qu'une préposée du CHSLD lui donne une deuxième douche par semaine après ses heures de travail. En espérant que bientôt le ministère de la Santé soit obligé de reconnaître ses droits, ce qui aurait un impact dans tous les CHSLD du Québec.

Dans la même catégorie