/news/law

Il aurait reçu 215 000 $ pour garder le silence

Une victime alléguée d’un des frères maristes de Saint-Hyacinthe dit avoir reçu 215 000 $ de la congrégation religieuse pour qu’il n’ébruite pas les attouchements sexuels qu’il aurait subis.

L’homme, dont on ne peut révéler l’identité, car il était mineur au moment des faits allégués, témoignait lundi à l’ouverture du procès de l’ancien frère Réjean Trudel. Ce dernier est accusé d’avoir infligé des sévices à 13 personnes de 1976 à 1983.

 

La victime alléguée a raconté avoir reçu un premier montant de 30 000 $ en novembre 2012 avant de toucher 185 000 $ supplémentaires accordés par le frère Benoit Beaudin, ancien numéro un au Canada pour la congrégation des frères maristes, le 10 février 2013.

«Je ne faisais pas cela pour l’argent au début, j’ai refusé deux fois près de 300 000 $ du frère Beaudin, je voulais simplement qu’on me soigne», a avoué l’homme, qui aurait subi des sévices sexuels pendant son passage de 16 mois au centre Patro Lokal de Saint-Hyacinthe.

L’homme, aujourd’hui âgé de 54 ans, a décidé il y a quelques années d’entamer des démarches pour soigner une dépendance au sexe qu’il aurait développée à la suite des sévices qu’il aurait subis chez les frères.

Il estime avoir eu plus de 500 compagnes sexuelles au fil des ans.

Le témoin a affirmé lundi que l’ex-frère Réjean Trudel aurait eu une centaine de contacts sexuels avec lui de l’été 1978 à l’automne 1979.

À ce moment, le religieux agissait à titre de directeur adjoint du Patro Lokal, établissement géré par les frères maristes.

Thérapie

En décembre 2012 et en janvier 2013, on a proposé à la victime alléguée de suivre une thérapie avec la sexologue Marie-Paul Ross, qui est en charge de l’Institut de développement intégral (IDI) à Québec.

C’est à ce moment que la thérapeute aurait tenté de convaincre la victime de ne pas porter plainte contre les frères maristes, qui étaient également propriétaires de l’établissement de Mme Ross à ce moment.

L’homme dans la cinquantaine affirme que la thérapie de Mme Ross ne l’aidait pas à surmonter les sévices qu’il dit avoir vécus.

«Elle me proposait de faire de la boxe, alors que je venais de faire un arrêt cardiaque, sans parler des massages, alors que je déteste me faire toucher depuis les événements, j’ai arrêté cela assez vite», a-t-il raconté.

Nouvelle demande

Après le remplacement de Benoit Beaudin à la tête des frères maristes du Canada, c’est l’ancien directeur de l’IDI qui a pris les rênes de la congrégation à l’échelle du pays, Gérard Bachand.

L’homme qui témoignait lundi a avoué que, le 14 avril 2014, il avait envoyé à la congrégation une lettre demandant qu’on lui verse 264 000 $ supplémentaires supposément promis par le frère Beaudin.

Sans ce versement, il menaçait de dévoiler aux médias québécois les sévices sexuels qu’il dit avoir subis. La médiatisation s’en est suivie quelques mois plus tard.

À ce jour, 12 autres personnes ont rapporté des agressions et attouchements sexuels, mais seules 10 victimes alléguées au total témoigneront dans le cadre du procès de l’ex-frère Réjean Trudel.

Un verdict qui pourrait coûter cher à la congrégation

Le verdict qu’attend cette semaine un autre frère mariste, Daniel Cournoyer, pourrait coûter cher à la congrégation religieuse.

Cournoyer, 70 ans, saura jeudi s’il est jugé coupable ou non des accusations criminelles d’attouchements sexuels qui pèsent contre lui. Son procès a eu lieu à la fin mai et le verdict est attendu vers 14 h au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

La décision rendue par le juge en matière criminelle pourrait avoir une incidence importante sur le recours collectif déposé par une dizaine de victimes alléguées qui poursuivent la congrégation religieuse des frères maristes.

Ce recours collectif a été déposé en septembre 2014. Joël Cosperec voulait obtenir justice pour les sévices sexuels qu’il aurait présument subis pendant plusieurs années. Une dizaine d’autres pensionnaires qui ont séjourné au centre Patro Lokal de 1970 à 1986 se sont joints à lui. À l’époque, l’établissement était dirigé par des frères maristes.

«Même traitement»

Un autre ex-pensionnaire, à qui M. Cosperec a parlé en 2014, témoignait lundi dans le cadre du procès d’un autre frère, Réjean Trudel.

«Je me souviens que Joël avait eu le même traitement que moi dans sa relation avec le frère Trudel à l’époque, ce qui me laisse présager qu’il avait vécu la même chose que moi», a relaté cet autre pensionnaire, dont l’identité est protégée. «Quand on s’est parlé, mes hypothèses se sont avérées véridiques», a-t-il ajouté.

400 000 $

Denis Chartier, l’un des proches de cette victime alléguée, ne serait pas surpris que les frères maristes décident de régler le recours collectif à l’amiable si les frères Trudel et Cournoyer étaient jugés coupables au criminel.

C’est M. Chartier qui a aidé, en 2013, son vieil ami à négocier 215 000 $ avec l’ancien numéro un des frères maristes au Canada, Benoit Beaudin.

Selon les demandes signifiées par Me Marie-Josée Corriveau, responsables du recours collectif, ce serait 400 000 $ qui seraient versés à chaque victime si la partie demanderesse venait à avoir gain de cause.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.