/news/society

Plus un seul sou perdu, promet le ministre

Véronique Prince | TVA Nouvelles

Si vous pensiez qu’on en avait fini avec l’informatisation des dossiers médicaux, détrompez-vous! Après la saga du Dossier Santé Québec (DSQ), qui a englouti un milliard de dollars, dont la moitié en dépassement de coûts, voilà qu’un autre projet informatique est bien enclenché. Cette fois, le ministre de la Santé promet qu’aucune somme d’argent ne sera dépensée inutilement.

D’ici 2019, chaque établissement devra se doter de la même technologie informatique pour partager l’information sur les patients traités, tels que les médicaments prescrits ou les résultats d’examens. Actuellement, le Dossier Santé Québec est utilisé par plusieurs professionnels de la santé, mais ceux-ci se servent aussi des logiciels mis en place par leur propre établissement.

Ces programmes informatiques diffèrent d’une région à l’autre. L’interface n’est pas la même et les données ne peuvent pas toutes être transférées d’un hôpital à l’autre. Bref, pour améliorer l’efficacité, le ministre veut que le milieu de la santé utilise la même solution informatique, partout au Québec. Celle choisie par le gouvernement est Cristal-Net, actuellement en cours de déploiement dans six régions de la province.

La plupart des établissements de la Capitale-Nationale utilisent déjà le logiciel depuis une quinzaine d’années. Le CHU de Québec, qui a obtenu les droits de propriété intellectuelle, est responsable de son implantation. Une demande d’accès à l’information nous indique que le déploiement, tel que prévu jusqu’à maintenant, pourrait coûter plusieurs millions de dollars dans certaines régions :

- Laurentides: 4,6 M$

- Lanaudière: 4,2 M$

- Laval: 3,9 M$

- Mauricie-et-Centre-du-Québec: 3 M$

- Montréal: 2,1 M$

- Abitibi: 1,3 M$

Le ministère de la Santé refuse cependant de chiffrer les coûts anticipés pour toute la province. «La beauté c’est qu’il n’y a aucune dépense inutile. Même si Cristal-Net ne marchait pas, et ça va marcher, tout ce qu’on fait actuellement doit être en place. Il n’y a pas un seul sou dépensé pour rien. Zéro!» explique Gaétan Barrette, qui répète à plusieurs reprises que l’argent ne sera pas dépensé inutilement.

«Même si ça ne fonctionnait pas avec un produit informatique, ce qu’on déploie actuellement est nécessaire pour n’importe quel autre produit. C’est la garantie qu’on ne perdra pas d’argent», ajoute-t-il.

Contrairement au Dossier Santé Québec, l’implantation de Cristal-Net devrait se faire beaucoup plus efficacement, puisque la formule est éprouvée depuis plusieurs années. Louis-Jacques Lalonde, du Centre de développement et d’opérationnalisation de Cristal-Net, explique que le DSQ est intégré dans le logiciel et que des équipes locales superviseront le déploiement dans les établissements.

«Il y a des médecins qui se déplacent et il y a des régions où des patients se promènent». Cristal-Net est efficace «pour que l’intervenant, quand il a besoin d’accéder aux données, n’ait pas à se promener d’un outil à l’autre, ouvrir différents logiciels, les apprendre et les maîtriser.»

Le ministre Gaétan Barrette assure que les problèmes du DSQ font maintenant partie du passé. «Les produits maintenant sont matures. Nous avons une feuille de route qui est très très très claire. On a laissé le réseau développer des solutions qui n’étaient pas compatibles les unes avec les autres, mais la force de notre projet c’est qu’il va y avoir une seule solution informatique et tout sera intégré».