/news/society

«Tous les rapports d’inspection complétés d’ici 5 semaines», assure Coiteux

Le temps passe et plusieurs sinistrés des inondations printanières attendent toujours de savoir ce qu’il adviendra de leur propriété endommagée par les crues. Pourront-ils la rebâtir, la réparer ou s’ils devront en faire leur deuil à jamais? Le ministre de la Sécurité publique certifie que son ministère fait le maximum et qu’ils seront bientôt fixés.

«D’ici cinq semaines, toutes les personnes qui ont reçu la visite d’un inspecteur et il y en a qui visitent le Québec en entier vont avoir leur rapport d’inspection et savoir comment procéder», a fait savoir Martin Coiteux.

Hier soir à Rigaud, les sinistrés ont fait part de leur déception, leur colère, leur impatience lors d’une consultation publique auprès des citoyens. Le ministre comprend leur ras-le-bol, tout en rappelant qu’il s’agit d’inondations historiques, que 15 régions du Québec ont été touchées ainsi que 278 municipalités, plus de 5000 résidences inondées et que 4000 personnes ont dû être évacuées pendant le gros des crues.

Préoccupations

«Deux mille personnes se sont présentées aux consultations pour exprimer leurs préoccupations par rapport au décret et on va prendre les quelques jours qui viennent pour analyser les résultats», poursuit le ministre.

«Les citoyens sont préoccupés par rapport aux délais. Je les comprends, ils ont vécu un drame très difficile, et ils ont hâte de recevoir le rapport d’inspection. (Ils veulent savoir) si c’est une perte totale, est-ce que je peux faire les réparations?», appuie M. Coiteux.

Le ministère de la Sécurité publique a embauché 90 personnes supplémentaires au cours des dernières semaines afin d’accélérer le processus. «Déjà 92% des personnes qui ont soumis un dossier ont eu la visite d’un inspecteur. Déjà 400 rapports d’inspection ont été remis aux citoyens et au rythme où l’on va, 500 par semaine peuvent être remis», ajoute Martin Coiteux.

 

Programme gouvernemental

Concernant le programme d’indemnisation gouvernemental pour les sinistrés, le ministre de la Sécurité publique informe qu’afin que les citoyens obtiennent toutes les réponses, il y aura «davantage de bureaux permanents, avec du personnel présent pour répondre à toutes les questions à Montréal, Gatineau et Rigaud qui sont les secteurs les plus touchés par les inondations».

Certains sinistrés vivent toujours chez des proches ou à l’hôtel, ils ont besoin d’un soutien immédiat. «Il y a des gens que l’on priorise, ceux qui ont les dommages les plus importants ont besoin d’avoir la réponse la plus rapide. Certains ont des dégâts mineurs», nuance le ministre.

Martin Coiteux fait valoir que déjà 23 millions de dollars ont été versés en guise de premières indemnisations. «Ce ne sont pas les indemnisations sur les réparations majeures puisqu’il faut attendre les rapports des inspecteurs.»