/regional/estduquebec

Le Québec n'échappe pas à la 6e extinction massive

Olivier Roy-Martin | TVA Nouvelles

Une récente étude révèle que 32% des animaux dont les populations n'inquiétaient pas avant sont en déclins sur la planète.

Le Québec n'échappe pas à cette véritable menace pour l'humanité, mais il reste encore de l'espoir.

«Il y a des solutions, c’est ça la bonne nouvelle», affirme le directeur général de la Société pour la nature et les parcs, Alain Branchaud.

À l'heure de la 6e extinction massive, où 32% des espèces vertébrées de la planète ont connu une baisse de population et une dégradation de leur territoire, Alain Branchaud garde espoir.

«Il y a des solutions pour pouvoir protéger notre biodiversité et prendre la fourche qui est la bonne pour le futur de l’humanité. L’une de ces solutions c’est de créer des aires protégées, d’augmenter le pourcentage des superficies de nos habitats qui sont protégés», ajoute le spécialiste.

Surpopulation humaine

Les auteurs de l'article paru dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences sautent à pieds joints dans un tabou; la surpopulation humaine.

«On peut penser à toutes sortes de dérives qui ont eu lieu quand on parle de contrôle de population. Dans ce cas-là, je pense qu’il y a un dialogue qui doit s’amorcer sur combien la Terre peut-elle supporter d’humains», conclut le directeur général Alain Branchaud.

Le Bas-Saint-Laurent n’est pas épargné. Le professeur à l’UQAR Martin-Hugues Saint-Laurent trouve «très triste» la diminution des troupeaux de Caribous, surtout que leur conservation est assurée «par loi».

Cette extinction massive frappe différemment les écosystèmes marins des écosystèmes terrestres parce que ces derniers doivent supporter en plus l’expansion des territoires urbains, ajoute le chercheur en écophysiologie marine, Denis Chabot.

Les chercheurs donnent 20 à 30 ans pour agir.

La question qui tue: comment est-ce que le directeur général de la Société pour la nature et les parcs voit l'avenir de ses petits-enfants?

«Il faut faire confiance aux solutions qui seront mises de l’avant par les prochaines générations».

Dans la même catégorie