/regional/montreal/montreal

Les ruines du parlement canadien à Montréal ouvertes au public

Après sept ans de fouilles, le public peut enfin avoir accès au site archéologique qui dévoile les vestiges du parlement canadien à Montréal.

Les visiteurs peuvent y voir les archéologues au travail et s’y informer sur l’histoire du site où se tenait le Parlement de Montréal de 1844 à 1849 alors que la métropole était la capitale du pays.

Le site se trouve sur la place d'Youville Ouest dans le Vieux-Montréal, entre les rues McGill et Saint-Pierre.

Le projet géré par le musée d’archéologie et d’histoire de Montréal Pointe-à-Callière vise à faire découvrir un pan important de l’histoire non seulement de Montréal, mais du Canada moderne.

«C’est ici qu’a été votée, en 1848, la loi qui a créé le gouvernement responsable, c’est-à-dire la démocratie au Canada», a expliqué la directrice générale de Pointe-à-Callière, Francine Lelièvre.

Le site de fouilles archéologiques comporte une exposition extérieure qui relate l’histoire de l’espace et les bâtiments s’y étant succédé.

Des visites guidées gratuites sont aussi offertes jusqu’au 24 septembre.

Le Pompéi de Montréal

Le site de fouille est particulièrement bien conservé en raison de l’incendie qui a complètement ravagé le Parlement en 1849.

Similairement aux vestiges conservés de la ville de Pompéi, en Italie, à la suite d’une catastrophe volcanique, les ruines du Parlement et les objets y ayant été abandonnés au moment de l’incendie représentent une petite mine d’or pour les archéologues.

«On trouve des choses qu’on ne trouve à peu près jamais sur les autres sites archéologiques», a expliqué Hendrik Van Gijseghem, le chargé de projet archéologique pour Pointe-à-Callière. On a trouvé plusieurs paires de lunettes. Je n’avais jamais vu de paire de lunettes sur un site archéologique de ma vie».

Selon lui, ce site est le plus gros des 25 dernières années à Montréal.

Les fouilles devraient se terminer d’ici novembre et feront travailler jusqu’à une vingtaine d’archéologues au plus fort du projet.

Des commerçants soulagés

Plusieurs commerçants du Vieux-Montréal sont bien heureux que la Place d’Youville Ouest devienne finalement un site archéologique ouvert au public plutôt qu’un simple chantier amenant bruit, poussière et un paysage désolé au quartier.

Jean-Pierre Ousset, le fondateur du restaurant français La Gargotte situé en face du site de fouilles, est content que le projet aboutisse, car les dernières années ont été particulièrement difficiles.

«On attend ça depuis très longtemps», a expliqué M. Ousset. Pour nous, c’était un handicap énorme».

Restaurateur depuis 21 ans à cet endroit, M. Ousset explique que l’espace ne fournissait pas un très beau décor pour les clients désirant s’installer sur la terrasse à quelques pas de l’ancien stationnement devenue site archéologique.

Après plus de 7 ans de travaux d’exploration et d’attente, ce qui jadis était vu comme un simple chantier pourra maintenant attirer des gens dans ce coin du Vieux-Montréal selon lui.

Pour Sarah Laporta, la gérante du restaurant le Hambar aussi situé tout près du site de l'ancien parlement, l’ouverture du site est une bonne nouvelle.

«C’est un changement drastique», a-t-elle expliqué en décrivant comment la terrasse du restaurant s’est retrouvée entourée de clôtures de métal ces dernières années à cause des travaux sur le site.

Mme Laporta rajoute que la terrasse donnait sur ce qu’elle décrit comme un «dépotoir», ce qui selon elle nuisait au restaurant. «C’est certain que ce n’est pas très sympathique», a-t-elle résumé.

Même si elle se dit heureuse du projet de site archéologique, elle admet qu’il est cependant trop tôt pour voir si l’ouverture au public du site géré par le musée Pointe-à-Callière fera une différence concrète pour les commerçants.

Le site de la place d’Youville Ouest

1833 - Construction de l’édifice du marché Sainte-Anne en réponse à l'augmentation de population à Montréal.

1844 - Montréal devient la capitale du Canada et l’intérieur du bâtiment du marché est aménagé pour accueillir la première session parlementaire du tout nouveau Parlement de Montréal.

1849 - Le Parlement est incendié par des émeutiers contestant une loi visant à indemniser les victimes de répression lors de la rébellion des Patriotes de 1837-1838.

1851 - Après que Montréal eut perdu son statut de capitale nationale, les ruines du parlement sont complètement rasées pour laisser place à un nouveau marché Sainte-Anne.

1925 à aujourd'hui - L’espace devient un stationnement municipal jusqu’en 2010, année où le musée Pointe-à-Callière commence sa première campagne archéologique.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.