/news/currentevents

La mosquée de Québec visée par une menace

TVA Nouvelles et Agence QMI

Le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) a reçu un colis menaçant, vendredi dernier, en lien avec le référendum sur le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire qui avait lieu deux jours plus tard.

Dans un colis livré à la grande mosquée de Québec se trouvaient un Coran profané de même qu’une photo montrant des porcs dans la boue accompagnée du message : «Vous cherchez un terrain pour ensevelir vos sales carcasses? Alors voici un endroit idéal pour vous. Ça va sentir le cochon de toute façon.»

La communauté musulmane a attendu à aujourd’hui avant de parler publiquement de cette menace, car elle ne voulait pas se faire taxer d’opportunisme en lien avec le référendum qui avait lieu dimanche et qui a mené au rejet du projet par les citoyens qui étaient appelés à se prononcer.

Le Service de police de la Ville de Québec a institué une enquête à ce sujet et la sécurité a été resserrée autour de la mosquée le jour de la réception du colis.

 «C’est choquant de voir comment les êtres humains peuvent aller dans la haine à ce point pour cette bassesse d’esprit et d’agissement. Ça suscite de la crainte chez certains membres de la communauté, mais on les rassure que nos lieux sont très sécurisés et les autorités sont derrière nous», a commenté le président du CCIQ, Mohamed Labidi.

Pour le groupe, il ne s’agit pas du premier message de haine. Avant l’attentat  qui a fait sept morts en janvier dernier, la grande mosquée avait déjà reçu une tête de cochon en guise de menace.

Des clichés

Mais, encore, le président a mentionné que d’autres messages avaient également été envoyés à la mosquée après l’attentat.

«Ce sont des messages de haines qui ne finissent pas. On a reçu plusieurs messages de haine. On n’a pas toujours avisé les autorités. Mais, là c’est d’une ampleur telle qu’il ne faut pas garder ça pour nous, a relaté M. Labidi, soutenant que cette fois, les citoyens devaient savoir. «Il faut que la société sache qu’il y a des personnes parmi elles qui peuvent penser aussi bas que ça, a-t-il précisé.

Ainsi, en dénonçant cette attaque, la communauté veut combattre ces messages de haines.

«C’est une petite minorité qui est aveuglée par des idées  qui sont véhiculées par les médias sociaux. Il y a de fausses idées qui alimentent la haine. Il faut cesser de propager les clichés qui n’ont rien à voir avec la réalité», a signalé l’homme.

Néanmoins, le président du Centre culturel islamique de Québec soutient que la communauté reste sereine.

«La communauté reçoit des menaces avec sérénité. On fait la part des choses. Ce n’est pas toute la société qui est comme ça», a-t-il dit.

Dans la même catégorie