/regional/estduquebec/basstlaurent

Diminution de 30% en 20 ans

Le nombre de frères et de religieuses continue de diminuer

Olivier Roy-Martin | TVA Nouvelles

Au cours des six dernières années, le nombre de frères et de religieuses a diminué de 3600 au Québec et la relève se fait rare. D'après la conférence religieuse canadienne, moins de 1 % des nouvelles recrues ont moins de 40 ans.

Les Soeurs ursulines de Rimouski n'échappent pas au déclin des congrégations religieuses au Québec. Leur nombre a diminué d'environ 30 % en 20 ans.

Ce déclin ne signifie pas pour autant que les congrégations religieuses vont disparaître, croit sœur Gisèle Dubé. Cependant, «il y a des formes qui vont changer sans doute», estime-t-elle.

Selon sœur Gisèle Dubé, les jeunes ne veulent pas aller vivre avec des religieuses qui ont l'âge de leurs grands parents. «Ça, c’est sûr que c’est un autre défi. C’est pour ça que, s’il y a des personnes qui s’intéressent à la vie religieuse, il faut qu’elles trouvent des façons de le vivre».

Si la relève ne pointe pas le bout de son nez dans les congrégations traditionnelles, c'est un peu parce que notre société change. «Ça va avec le déclin de la voie», a expliqué Sœur Gisèle Dubé.

Les familles plus petites et le vaste choix de carrières qui s'offre aux jeunes jouent également contre les vocations religieuses. «Avant, il n’y avait pas beaucoup de professions, t’étais médecin, avocat, prêtre, infirmier, enseignant... Mais à part de ça, il y beaucoup moins  [d’options]», a mentionné le prêtre Gérald Roy. «Aujourd’hui, les professions se multiplient.»

Le voeu de célibat représente aussi une barrière importante. «La sexualité est très à la mode, elle est très développée à notre époque. Or, quand t’acceptes de faire un vœu de chasteté, un vœu de célibat, faut que tu y penses deux fois», a reconnu Gérald Roy.

L'homme d'église remarque toutefois que de nouvelles communautés religieuses se forment malgré tout. «Il y a des besoins nouveaux, il y aura des communautés nouvelles, mais je pense sincèrement que les communautés telles qu’on les a connues autrefois, ça s’en va», a estimé le prêtre.

Si le nombre de religieux continu de diminuer à la même vitesse dans les années à venir, on comptera moins de 1500 frères et religieuses au Québec en 2050.