/news/law

Accusée de terrorisme, une Torontoise refuse d’aller à une comparution

Agence QMI

Une femme de Toronto qui fait face à plusieurs accusations liées au terrorisme a refusé de se présenter à une comparution du tribunal.

Rehab Dughmosh, qui se présente comme une sympathisante du groupe armé État islamique (EI), aurait dit aux agents des services correctionnels qu’elle ne voulait pas quitter sa cellule, selon ce qu’a rapporté vendredi le «Toronto Sun», citant des documents de cours.

La juge Kimberley Crosbie a dû émettre un mandat pour que l’accusée revienne en cour le 15 août prochain.

Dughmosh a déjà déclaré dans le passé qu’elle ne croyait pas au système de justice canadien. Par la voix d’un interprète, elle avait dit ne reconnaître que la charia, qu’elle voulait révoquer sa citoyenneté canadienne et qu’elle tenterait «encore et encore» d’attaquer des innocents si elle était libérée.

En juin dernier, la femme de 32 ans se serait présentée dans un magasin Canadian Tire vêtue d’un niqab et d’un bandeau aux couleurs de l’EI. Sur place, elle aurait menacé et attaqué des employés avec un bâton de golf et un couteau. Elle avait finalement été maîtrisée par les policiers et des employés. L’un d’eux avait été légèrement blessé lors des événements.

Au début du mois, elle a de nouveau été arrêtée à son arrivée en cour par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) pour avoir quitté le Canada le 24 avril 2016 dans le but de commettre un acte terroriste.

Dughmosh fait face à 21 accusations, dont 14 chefs d'accusation en vertu des lois antiterroristes du Canada. Aucune des allégations n'a été vérifiée devant les tribunaux.

Dans la même catégorie