/news/society

Un garçon sauvé grâce à une prothèse cardiaque

Harold Gagné | TVA Nouvelles

Une première au Canada: des cardiologues du CHU Sainte-Justine utilisent une nouvelle prothèse pour sauver la vie d'un garçon de 6 ans qui a une malformation cardiaque.

Dès la naissance de Joey, les médecins ont tout fait pour corriger sa malformation au coeur, mais les problèmes se sont aggravés durant les trois dernières années à cause de l'hypertension pulmonaire dont il souffre.

«C'est une maladie des artères des poumons, explique le cardiologue Nagib Dahdah du CHU Sainte-Justine. Les artères sont rigides et ne permettent pas au sang de passer facilement à partir du coeur droit dans les poumons. Cela cause beaucoup de fatigue au coeur, de l'arythmie et la mort subite.»

Joey perdait souvent connaissance au moindre effort. «À la garderie, je suis tombé par terre, raconte-t-il. Ma mère m'a prise dans ses bras et m'a couché dans un lit.»

Les nombreux médicaments qu'il prend ne suffisaient plus à préserver sa vie, alors, le 16 juin dernier, une équipe du CHU Sainte-Justine a procédé à une délicate intervention chirurgicale d'une durée de deux heures en introduisant un cathéter jusqu'à son coeur.

«On a fait un trou entre les deux oreillettes du coeur, entre le côté gauche et le côté droit pour diminuer la pression. Ce qui est nouveau, c'est qu'on a utilisé une petite prothèse métallique pour éviter que le trou se cicatrise et se referme. Chaque échantillon coûte 10 000 dollars, explique le docteur Dahdah.»

Joey doit toujours recevoir de l'oxygène, mais sa situation s'est considérablement améliorée avec cette intervention, la première au Canada et la deuxième en Amérique du Nord. Les médecins vont continuer à suivre son évolution. D'autres opérations du genre sont prévues dans les prochaines semaines.

«Pour Joey ça change tout. Il va bien! Si nous n'avions rien fait, précise la cardiologue Anne Fournier, du CHU Sainte-Justine, Joey aurait peut-être eu besoin d'une greffe pulmonaire avec un taux de survie épouvantable chez les enfants et une liste d'attente très longue sur laquelle des jeunes meurent.»

Celle qui prend continuellement soin de Joey, Nathalie Côté, se réjouit. «Chaque instant supplémentaire est un cadeau avec Joey!»

Joey est simplement heureux d'avoir retrouvé presque toute l'énergie d'un petit garçon de son âge. Impressionné, je lui demande comment il fait pour être aussi courageux?

«Parce que j'aime ça rire!»

Il est reparti, le coeur heureux, en gambadant et en riant dans les corridors de l'Hôpital Sainte-Justine.