/regional/estduquebec/cotenord

Des artefacts de l'épave du «Elizabeth and Mary» exposés à Baie-Comeau

Vingt ans après la fin des fouilles de l’épave du navire «Elizabeth and Mary», sur la Côte-Nord, une exposition propose au public une soixantaine des plus belles pièces retirées des eaux.

Le navire, découvert à Baie-Trinité, est toujours la plus vieille épave du Québec. Pour la petite histoire, en 1690, l’amiral William Phips retourne à Boston après ne pas avoir réussi à prendre Québec contre Frontenac et «La bouche de ses canons».

En cours de route, près de Baie-Trinité, un de ses navires, le «Elizabeth and Mary» fait naufrage. Trois siècles plus tard, la découverte de l’épave a fait grand bruit. Une collection de 6000 artefacts a été restaurée depuis ce temps.

L’amiral Phips, né en Nouvelle-Angleterre, avait été mandaté pour prendre Québec d’assaut alors qu’à cette époque la Nouvelle-France et la Nouvelle-Angleterre subissaient le contrecoup de la guerre qui opposait l’Angleterre et la France.

La Société historique de la Côte-Nord en expose une soixantaine à Baie-Comeau pour célébrer les 20 ans des fouilles de l’épave.

Une cinquantaine de personnes ont perdu la vie dans le naufrage du navire en 1690.

Des pièces racontent leur vie à bord, eux qui n’étaient que des fermiers enrôlés pour la guerre. Les restants de l’épave sont enfouis au fond d’un lac au nord de Baie-Trinité depuis plus de 20 ans.

Des inspections sont faites deux fois par année pour s’assurer de leur état.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.