/regional/montreal/montreal

EXCLUSIF | Une jeune femme aurait été agressée par un faux chauffeur Uber

Une jeune femme résidant à Montréal dit avoir été agressée par un homme se prétendant chauffeur pour le service de transport Uber.

Marie-Philippe Maurais a accepté de se confier à TVA Nouvelles afin de mettre en garde les autres jeunes femmes sur ce genre de pratique.

La course infernale a eu lieu il y a une semaine. En sortant d’un bar, la jeune femme a commandé une course sur l’application Uber afin de se rendre chez elle. Quelques minutes plus tard, une voiture s’est arrêtée à ses côtés.

Elle s’est enquise auprès du chauffeur s’il s’agissait bien du Uber pour Marie-Philippe, ce à quoi le conducteur a répondu par l’affirmative.

En chemin, c’est quand il lui a demandé sa destination qu’elle a commencé à se douter que quelque chose ne tournait pas rond : les chauffeurs d’Uber ont déjà ce renseignement dans leur application.

 

Quelques secondes plus tard, en roulant, le prétendu chauffeur a glissé sa main sous la camisole de sa passagère, qui s’était assise à l’Avant, comme le veut la convention chez Uber.

«[À ce moment], je comprends pas trop, ça s’est passé tellement vite, raconte-t-elle. Je le repousse, je lui dis que je ne veux pas, je lui demande ce qu’il fait, il ne me répond pas trop. Il s’essaye, il s’essaye.»

Elle s’est alors débattue et l’homme a retiré sa main.

Pendant qu’il roulait sur l’autoroute, l’homme au volant a alors commencé à se masturber.

«Après plusieurs fois à lui dire que je ne voulais pas, il s’est retiré, relate Marie-Philippe. Je me suis mise sur le côté de la fenêtre. Après ça, il m’a demandé si ça me dérangeait s’il ‘’continuait ses affaires’’ tout seul.»

Craignant qu’il ne devienne violent, elle n’a pas appelé la police.

Bouleversée, Marie-Philippe Maurais ne voulait pas regarder l’homme. Elle a donc de la difficulté à le décrire.

Le conducteur l’a finalement déposée à l’endroit où elle désirait se rendre.

Fortement ébranlée, elle n’a pas réussi à prendre le numéro de plaque de la voiture avant que celle-ci ne reparte.

Elle souhaite maintenant mettre en garde les autres jeunes femmes de ce genre de pratiques.

«Moi, ça n’a pas été plus loin, mais ça aurait pu aller plus loin pour quelqu’un d’autre», dit-elle.

Une plainte a été déposée au Service de police de la Ville de Montréal.

On ignore si l’homme faisait sciemment sa ronde dans le quartier des bars afin d’embarquer une jeune femme dans sa voiture, ou s’il a simplement saisi l’opportunité lorsqu’on lui a demandé s’il était conducteur pour Uber. Selon la jeune femme, ce geste aurait été prémédité, puisqu'un nombre important de taxis et de véhicules Uber circulent dans ce secteur à la sortie des bars.

-D'après les informations de Marie-Anne Lapierre

 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.