/regional/estduquebec/cotenord

Les Anticostiens veulent aussi leur part du gâteau

Charles Lecavalier | Agence QMI

Tout comme les pétrolières qui récolteront des dizaines de millions en compensation, les Anticostiens veulent aussi bénéficier de la fin de l'exploration et de l'exploitation pétrolières et gazières sur l'île d'Anticosti.

«On est tout à fait d’accord avec le fait d’arrêter la recherche d’hydrocarbures sur l’île. S’il fallait donner des compensations aux entreprises, ça va. Mais il ne faut pas nous oublier. Ça fait cinq ans qu’on vit avec une épée de Damoclès : il n’y a plus d’investissement, tout le monde attendait la décision des pétrolières», affirme le maire John Pineault.

Il demande la création d’un fonds d’investissement pour construire des infrastructures d’accueil pour les touristes ainsi qu’un nouveau traversier pour désenclaver davantage l’île.

Le gouvernement du Québec a annoncé vendredi la fin de l'exploration et de l'exploitation pétrolières et gazières sur l'île d'Anticosti. Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, dit avoir pris un arrêté ministériel visant à soustraire définitivement l'ensemble du territoire de l'île d'Anticosti à l'exploitation des hydrocarbures.

Des ententes ont déjà été conclues avec les compagnies Junex, Corridor et Maurel & Prom en contrepartie d'une compensation globale de 41,4 millions $. Par ailleurs, Québec a assuré que les discussions se poursuivaient avec les entreprises Pétrolia et Trans American pour l'abandon des droits de recherche.

«On le voit comme une victoire. On le voit comme une victoire du gros bon sens», dit le maire Pineault. À son avis, une forte majorité des résidents de l’île ont toujours été contre le projet. «On savait que c’était impossible de concilier notre façon de vivre, notre industrie de la chasse et pêche et l’industrie des hydrocarbures. Et quand on a su que c’étaient des sources non conventionnelles, et qu’il faudrait utiliser la fracturation hydraulique, ça aurait détruit l’île au complet», a-t-il indiqué.

Il «applaudit» le premier ministre Philippe Couillard. «Pour une fois que les bottines suivent les babines», dit-il.

Dans la même catégorie