/regional/quebec/quebec

L’anglais fait un bond spectaculaire à Québec

Alors que le français est en déclin partout dans la province, l'anglais a fait un bond particulièrement spectaculaire dans la région de Québec.

Richard Waling est un anglophone originaire de Québec. Lui et sa conjointe Hélène travaillent en bonne partie dans leur langue maternelle et à la maison, ils parlent anglais... et français.

«Mon fils parle avec sa mère surtout en français et il va me parler en anglais parce qu'il trouve que je fais trop de fautes», confesse-t-il.

Mais voilà de plus en plus de résidants de la région de Québec parlent uniquement l'anglais à la maison.

En 5 ans, leur nombre a fait un bond de 34,5% selon les données du dernier recensement

«C'est phénoménal!» nous dit Brigitte Wellens la directrice de l'organisme Voice English Québec qui s'occupe de l'intégration de la communauté anglophone. Elle s'attendait à une hausse, mais pas aussi importante. Maintenant, elle tente de l'expliquer: «On ne sait pas encore d'où ils viennent, il y a des données qui vont sortir au moins d'octobre et novembre sur l'immigration qui vont pouvoir nous situer un peu plus.»

Le nombre de personnes qui définissent l'anglais comme leur langue officielle est passé de 14 000 à 21 000 depuis 2011. Malgré cette hausse importante, Richard Walling est formel, il est encore impossible de survivre à Québec en parlant uniquement en anglais.

«Il faut réellement vivre en français si on veut profiter de Québec, le quotidien avec les voisins, le sport et tout ça se fait en français, je trouverais ça très difficile» précise-t-il.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.