/news/society

Le français en déclin partout au Canada

Le français continue sa chute libre partout à travers le Canada, et même au Québec, alors que les langues immigrantes prennent du galon, selon les dernières données du recensement 2016 de Statistique Canada.

«L’usage du français recule dans la sphère privée, et ce tant dans l’ensemble du Canada qu’au Québec», indique d’emblée Statistique Canada dans un rapport dévoilant les résultats linguistiques du dernier recensement en 2016.

La chute n’est pas énorme, mais elle continue une tendance qui s’était déjà remarquée lors du recensement en 2011. La population de langue maternelle française est passée de 22,0% en 2011 à 21,3% en 2016 dans l'ensemble du Canada, et de 79,7% en 2011 à 78,4% en 2016 au Québec.

Même l’anglais est en chute, alors que les langues tierces prennent du galon à travers le pays.

 «Dans un contexte de forte immigration comme au Canada, c’est normal de voir le poids relatif des langues officielles de l’anglais et du français diminuer tandis que ceux qui parlent une langue tierce occupent plus de place. Les langues sont en léger recul à travers le pays, dont le français au Québec», analyse Jean-François Lepage, sociologue et analyste chez Statistique Canada.

Les seules exceptions à la règle sont les territoires canadiens, où la population francophone est en croissance partout depuis 2011.

Plus d’anglais au Québec

Or, le Québec détonne du reste du pays, car c’est l’une des seules provinces où la population ayant l’anglais comme langue maternelle a augmenté entre 2011 (13,5%) et 2016 (14,4%). Au Canada, cette population est en chute depuis plusieurs années.

«De voir une croissance de la langue maternelle au Québec, c’est un phénomène étonnant. On se serait plus attendu à voir ce qui se passe ailleurs au Canada, soit une baisse, parce qu’il y a une forte croissance des langues tierces. Or, ce n’est pas ce qu’on voit», analyse M. Lepage

Sans surprises, cette augmentation s’observe principalement dans la grande région de Montréal. Mais M. Lepage souligne que le phénomène se produit aussi à plus petite échelle dans de nombreuses autres villes, telles Sherbrooke et Saguenay.

Sans avoir de raisons précises pour cette hausse, ses hypothèses sont une augmentation possible des arrivants au Québec à partir des autres provinces canadiennes en plus d’une augmentation d’immigrants qui parlent déjà l’anglais.

Au Québec, l’arabe demeure la langue immigrante la plus parlée à la maison (213 055 personnes) en 2016.  Cette population a d’ailleurs connu une hausse fulgurante de 23,7% par rapport à 2011.

Bilinguisme en hausse

Or, tout n’est pas sombre pour le français au pays. En 2016, près d’un Canadien sur cinq (18%) disait parler le français et l’anglais. «Il s’agit d’un nouveau sommet pour le bilinguisme français-anglais dans l’histoire canadienne», constate le rapport du recensement.

D’ailleurs, l’augmentation n’est pas entièrement due au nombre important de Québécois francophones qui apprennent l’anglais.

«On a observé une hausse du taux de bilinguisme dans la plupart des provinces et territoire [...] Cette tendance contraste avec celle de la période précédente. En effet, entre 2006 et 2011, le taux du bilinguisme avait décliné dans toutes les provinces à l’exception du Québec», indique Statistique Canada.

Population de langue maternelle française au Canada

2011: 22%

2016: 21,4%

Population de langue maternelle française au Québec

2011: 79,7%

2016: 78,4%

-Avec la collaboration de Valérie Gamache, TVA Nouvelles

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.