/regional/montreal/montreal

La communauté haïtienne se mobilise face au manque d’hébergement

TVA Nouvelles

3000 Haïtiens auraient traversé illégalement la frontière ces derniers jours.

Les lits de camp au Stade olympique ne seront pas suffisants, mais «une communauté religieuse et une école secondaire se sont proposé d’héberger des migrants», a expliqué Francine Dupuis, du CIUSS Centre-Ouest sur le plateau de Québec Matin.

Lorsque l’aide du gouvernement cessera, les migrants devront trouver un travail, un logement et envoyer leurs enfants à l’école. Pour faciliter cette transition, la communauté haïtienne se mobilise.

Marjorie Villefranche, directrice générale de la Maison d’Haïti, explique: «S’ils ont des parents ou de la famille, les gens vont essayer de les aider, d’une manière spontanée.»

À la Maison d’Haïti, un comité a même été créé afin de gérer cette crise. «Au mois d’avril, on recevait peut-être 5 familles par semaine. Maintenant, on en reçoit une vingtaine par jour», explique Marjorie Villefranche.

Mais tous les migrants n’auront pas besoin d’aide financière: certains sont venus avec leurs économies.

«Il y en a beaucoup qui ont travaillé plusieurs années aux États-Unis, donc qui arrivent probablement avec quelques sous dans leur poche. Il faut pouvoir identifier les demandeurs et savoir les besoins exacts avant de faire des collectes à droite et à gauche», explique Jean-Ernest Pierre, directeur du CEPAM.

Face à cette vague de migrants, la communauté haïtienne demande aux Québécois de garder l’esprit ouvert.

Dans la même catégorie