/news/currentevents

La Colombie-Britannique brûle toujours, un mois après l’état d’urgence

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Un mois après le déclenchement de l’état d’urgence en Colombie-Britannique, la province a franchi le cap des 900 feux de forêt depuis le 1er avril et rien ne laisse entrevoir une accalmie.

Selon les plus récentes données disponibles, 904 foyers d’incendie ont éclaté dans la province en un peu plus de quatre mois. Ces brasiers ont ravagé tout près de 600 000 hectares de terrain, a estimé le Service de lutte aux incendies de forêt de la Colombie-Britannique, qui fait face à sa pire saison en plus d’un demi-siècle.

En guise de comparaison, les données de la SOPFEU montrent que 225 incendies ont éclaté dans les forêts québécoises cette année, brûlant un peu plus de 6600 hectares de terrain, soit 90 fois moins que dans la province de l’ouest.

Selon le porte-parole des pompiers britanno-colombiens Kevin Skrepnek, qui s’est adressé au «Vancouver Sun», il est impossible de prédire combien de temps la crise perdurera. Sans pluie, les équipes ne peuvent que faire de leur mieux pour empêcher les flammes d’atteindre des lieux habités, a-t-il souligné.

Au plus fort de la crise, près de 45 000 personnes ont dû être évacuées en raison de l’avancée des flammes. Quelque 300 bâtiments ont été rasés par les incendies, tandis que 7000 britanno-colombiens demeurent actuellement évacués.

La province a versé 100 millions dans un fond d’urgence pour venir en aide aux sinistrés, tandis que le gouvernement fédéral a versé 600 $ par famille évacuée et un autre 300 $ pour le retour à la maison. Les sommes sont gérées par la Croix-Rouge, qui les utilisent pour aider les évacués.

Dans la même catégorie