/regional/quebec/quebec

Certaines urgences débordent à Québec

Urgence

Simon Clark/Agence QMI

Sous pression, certaines urgences de Québec débordent. Tant l’achalandage de la clientèle ambulatoire que celle couchée sur civière sont «importants» en cette période de l’année traditionnellement plus calme.

«Effectivement, il y a un achalandage que l’on peut qualifier d’important, mais qui n’est pas généralisé», a confirmé la porte-parole du CHU de Québec, Pascale Saint-Pierre.

Dans la capitale, ce sont les urgences des hôpitaux Saint-François-d’Assise et de l’Enfant-Jésus qui sont les plus sollicitées avec des taux d’occupation respectifs de 159 % et de 121 % alors que le début du mois d’août offre généralement un répit.

«Du côté de l’hôpital de l’Enfant-Jésus, ce qui ressort, c’est qu’il y a beaucoup de traumato, donc des gens qui font des chutes avec lacérations, des chutes qui vont nécessiter une chirurgie, a précisé Mme Saint-Pierre. Ce sont des cas qui doivent être vus immédiatement et il y en a quand même beaucoup, c’est particulier.»

Accidents de la route

Sans pouvoir attribuer de raisons particulières à ce phénomène, la porte-parole du CHU de Québec évoque notamment les nombreux accidents de voiture qui ont récemment fait les manchettes. «C’est normal que ces personnes-là soient envoyées à l’Enfant-Jésus où il y a une spécialité en traumatologie, a-t-elle soutenu. Les brûlures, les plus petits traumatismes, les fractures ou autres, ça va tout à l’Enfant-Jésus et le nombre est quand même élevé.»

Quant à l’urgence de l’hôpital Saint-François-d’Assise, les motifs de consultations sont variés. «Habituellement, les principales raisons de consultation à l’urgence vont être la grippe, des difficultés respiratoires, de la gastro, des chutes, des états de confusion. Il y a de tout cela, mais rien qui ressort davantage», a affirmé Mme Saint-Pierre.

Civières occupées

Qui plus est, la porte-parole met en lumière le taux anormalement élevé d’occupation des civières à cette période-ci de l’année. «C’est particulier, a-t-elle convenu. Beaucoup de personnes se présentent à l’urgence en ce moment, mais il y a aussi beaucoup de personnes sur civière. Des personnes qui doivent s’y trouver, soit en attente d’évaluation ou de consultation en spécialité particulière ou en attente de chirurgie à la suite d’un traumatisme ou en attente d’un lit d’hospitalisation.»

Incapable de déterminer le temps d’attente moyen dans les urgences en ce moment, Mme Saint-Pierre soutient qu’il n’est pas tributaire de l’achalandage, mais plutôt de l’état de santé du patient. «Oui, l’urgence est achalandée, mais ça ne veut pas dire que le temps d’attente pour être vu est nécessairement long. Ça dépend de la condition de la personne et non du taux d’occupation de l’urgence. Il n’y a pas de corrélation automatique», a-t-elle conclu.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.