/news/society

Nouvelle méthode de calcul

Cégep: la cote R subit une cure de jeunesse

Daphnée Viens-Dion | Agence QMI

La fameuse cote R des cégépiens - qui sert à déterminer les admissions dans des programmes universitaires contingentés - subit une cure de jeunesse avec l’entrée en vigueur cet automne d’une nouvelle méthode de calcul qui devrait permettre à 90 % des étudiants d’augmenter leur score.

À l’approche de la rentrée, cette nouvelle est très bien accueillie par la Fédération étudiante collégiale du Québec.

«On est très satisfaits», affirme son président, Jason St-Amour. Ces ajustements seront même rétroactifs sur une période de trois ans, à partir de l’automne 2014.

Iniquités

La cote de rendement au collégial, appelée communément la cote R, cause bien des maux de tête aux cégépiens qui veulent être admis dans des programmes contingentés, comme médecine ou pharmacie. Or, depuis déjà plusieurs années, des iniquités ont été relevées concernant le calcul de cette cote. La méthode de calcul qui était en vigueur jusqu’à maintenant n’était pas « pleinement équitable » pour certains, notamment pour ceux qui font partie de groupes composés d’étudiants forts, peut-on lire dans un rapport du Bureau de coopération interuniversitaire (BCI).

Plus les résultats d’un étudiant se distinguent avantageusement de son groupe, plus sa cote R est élevée. Il est donc plus difficile pour un étudiant de se démarquer dans un programme comme le baccalauréat international, où seuls les meilleurs élèves sont admis.

Calcul plus précis

«La nouvelle méthode de calcul est plus précise et plus équitable pour l’ensemble des étudiants», affirme René Côté, le président du Comité des affaires académiques du BCI.

Les changements apportés «raffinent» les données prises en compte pour mesurer la force d’un groupe, déjà basée sur les résultats obtenus au secondaire, explique-t-il. Selon les simulations effectuées, ces changements entraîneront une légère correction à la hausse pour la «très grande majorité» des étudiants, ajoute celui qui est aussi vice-recteur à la vie académique à l’UQAM.

Les étudiants ne doivent toutefois pas se réjouir trop vite puisque les universités devront aussi s’ajuster au cours de la prochaine année. Les seuils minimaux exigés dans certains programmes universitaires pourraient augmenter «puisqu’il n’y aura pas plus de places disponibles dans les programmes contingentés», explique M. Côté. «Il va falloir s’adapter», lance-t-il.

Aucun étudiant ne sera toutefois pénalisé pendant la période de transition, rétroactive, à partir de l’automne 2014. C’est la meilleure des deux cotes R, établie selon l’ancienne ou la nouvelle méthode de calcul, qui sera prise en compte à l’admission dans les programmes universitaires.

Cote R : autre modification à venir

Un autre changement qui aura un impact indirect sur le calcul de la cote R pourrait aussi être adopté sous peu. Québec a récemment déposé un projet de modification du Règlement sur le régime des études collégiales, qui prévoit notamment qu’un étudiant qui doit abandonner un cours pendant la session pour des raisons hors de son contrôle ne se verra plus accorder la mention «échec», mais plutôt «incomplet». Cet abandon ne sera alors pas pris en compte dans le calcul de la cote R comme c’était le cas auparavant.

Qu’est-ce que la cote R ?

La cote de rendement au collégial, mieux connue sous le nom de cote R, est un instrument dont se servent les universités pour gérer les admissions dans les programmes contingentés. Elle se situe entre 15 et 35.

Par exemple :

•entre 32 et 35 (85 % à 90 %) : notes très supérieures à la moyenne

•entre 29,5 et 31,9 (80 % à 85 %) : notes supérieures à la moyenne

•entre 26 et 29,4 (75 % à 80 %) : notes au-dessus de la moyenne

•entre 20 et 25,9 (65 % à 75 %) : notes dans la moyenne

Dans la même catégorie