/news/currentevents

Incendie au Théâtre de la Vieille Forge de Petite-Vallée

Stéphanie Gendron | Agence QMI

Consternation en Gaspésie alors que le Théâtre de la Vieille Forge de Petite-Vallée, le cœur du célèbre Festival en chanson, a été complètement détruit par les flammes tôt mardi matin. Emblème culturel du village, ce trésor national n’est plus qu’un tas de débris.

Pas plus tard que lundi soir, des bénévoles du célèbre Festival en chanson de Petite-Vallée se réunissaient au théâtre pour une petite soirée. «On a fait un quiz à savoir combien de photos-souvenirs d’artistes se trouvaient sur les murs. Il y en avait 110, là il n’y a plus rien», a laissé tomber tristement le maire de Petite-Vallée, Rodrigue Brousseau.

 

Le directeur du Festival, Alan Côté, a été l’un des premiers arrivés sur place. «Une fois que j’ai été assuré qu’il n’y avait personne de blessé, j’ai pleuré une demi-heure, j’ai hurlé après la vie», a-t-il raconté.

«Oui, il y a des beaux souvenirs, mais l’important, c’est ce que j’ai dans la tête», a ajouté M. Côté, fondateur du Café de la Vieille Forge il y a 35 ans, devenu également un théâtre quelques années plus tard et qui permet d’assurer du travail à une quarantaine de personnes.

L’incendie a commencé vers 5 h dans la partie sud-est du théâtre qui était faite de bois. L’homme d’entretien a été le premier témoin. «La seule chose qu’on sait, c’est que le concierge a dit que le feu était à l’extérieur quand il s’en est rendu compte», a indiqué le directeur du service incendie de Grande-Vallée, Dominique Lamy. Une enquête sera effectuée pour déterminer les causes exactes. Les dommages sont estimés à 2,5 millions $.

«Un conseiller est venu cogner à ma porte ce matin pour m’avertir et mon cœur s’est arrêté, je me demandais si ce n’était pas un cauchemar», a dit le maire Brousseau. Il s’est rendu sur place, comme plusieurs résidents, dont plusieurs en larmes. «Il ne reste plus rien», a-t-il souligné.

Des spectacles étaient prévus cette semaine au théâtre, dont celui de Michel Rivard. Ils ont été déplacés au Camp chanson Québecor qui peut accueillir 150 personnes.

Michel Rivard a d’ailleurs partagé son désarroi sur sa page Facebook en affirmant que «toute la chanson québécoise est en deuil». En effet, la majorité des auteurs-compositeurs-interprètes québécois se sont produits sur la scène de ce théâtre ces dernières décennies.

 

Reconstruction

À peine quelques heures après l’incendie, alors que le théâtre n’était plus que des débris, on abordait déjà le sujet de la reconstruction.

Pour le grand manitou du festival qui a eu lieu cette année du 29 juin au 9 juillet, un nouveau théâtre doit être construit pour l’édition 2018.

«La ministre St-Pierre [Christine] et le ministre Fortin [Luc] m’ont appelé et m’ont assuré de leur soutien. On sait que les assurances, ça peut être long. On va demander au gouvernement de nous aider pour nous permettre de tout de suite partir avec les plans et devis. Il faut être prêt à construire en novembre pour le festival de l’an prochain», a dit Alan Lavoie.