/news/currentevents

Une policière s’enlève la vie dans un poste de quartier

Agence QMI

Une policière a mis fin à ses jours avec son arme de service dans un poste de police du quartier Anjou à Montréal, mercredi matin.

Aucun détail supplémentaire concernant les circonstances de l'événement survenu au poste 46 n'a été précisé par le Service de police de la Ville de Montréal.

Un policier a dû être transporté pour traiter un choc nerveux, tandis que d’autres avaient besoin de soutien psychologique, a-t-on indiqué.

Dans un message publié sur son compte Twitter, le directeur du SPVM, Philippe Pichet, a fait part de sa «grande tristesse».

«Au nom de tous les employés du Service, je tiens à offrir nos plus sincères condoléances à sa famille, ses amis et ses collègues de travail, a-t-il ajouté. Toute la famille du SPVM est en deuil aujourd’hui.»

 

La Fraternité des policiers de Montréal a aussi réagi dans une déclaration. «La communauté policière est affectée par ce décès et la Fraternité offre son soutien et ses plus sincères condoléances à tous ceux et celles qui sont en deuil aujourd’hui», a fait savoir André Gendron, vice-président exécutif de la Fraternité.

Selon ce qu’a appris TVA Nouvelles, la policière avait une quinzaine d’années d’expérience au sein du service de police et était affectée à la patrouille à vélo.

Les raisons de ce geste ne sont pas connues, mais une enquête est en cours.

L’enquête ne devrait pas être confiée au Bureau des enquêtes indépendantes (BEI). Rappelons que le BEI a pour mission de faire enquête lorsqu’une «personne autre qu'un policier en service décède ou subit une blessure grave», selon la loi.

Le ministre de la Sécurité publique peut, dans des cas exceptionnels, «demander au BEI de mener une enquête sur tout autre événement impliquant un policier et ayant un lien avec ses fonctions», lit-on sur le site du Bureau. Une telle demande n’avait toutefois pas été faite, mercredi.

Vous ou un de vos prochez êtes en détresse? Appelez sans frais le 1 866 APPELLE (277-3553) partout au Québec ou visitez le site web de l'Association québécoise de prévention du suicide pour obtenir de l'aide.