/finance/homepage

Les Québécois, fous du camping

Éric Yvan Lemay | Agence QMI 

La popularité du camping a explosé au Québec depuis 10 ans. Incapables de se payer des chalets souvent trop chers, à la recherche de tranquillité ou d’un endroit pour passer les vacances en famille à prix raisonnable, les Québécois sont de plus en plus nombreux à camper.

Entre 2006 et 2016, le nombre d’emplacements occupés dans les campings a augmenté de 23 %. Certaines régions ont connu des hausses spectaculaires, selon les chiffres de Tourisme Québec. C’est le cas de Lanaudière, qui a vu le nombre de campeurs quotidiens grimper de 2246 pour atteindre 7738, soit la plus importante hausse de la province. Par contre, c’est toujours la Montérégie qui occupe le haut du pavé avec 14 621 terrains occupés en 2016.

«Il y a une hausse de la fréquentation. On a eu un achalandage record l’an dernier et la saison actuelle s’annonce exceptionnelle», indique Chantal Lemire, directrice du service à la clientèle au Parc national d’Oka. Même si le camping compte 891 sites, il n’est pas rare que tous les terrains avec services soient réservés les fins de semaine.

Au Camping Vacances St-Tropez, à Sainte-Béatrix, la propriétaire dit refuser jusqu’à 1000 clients lors de fins de semaine achalandées comme la Saint-Jean-Baptiste. «L’industrie a fait un grand bond dans les dernières années», confirme Johanne Durand.

Luxueux

Chez Camping Québec, on indique que plusieurs facteurs sont en cause dans la hausse de fréquentation des terrains depuis 10 ans. Beaucoup de propriétaires ont investi dans des aires de jeux, piscines et autres attractions pour attirer les jeunes familles.

«La jeune clientèle s’intéresse autant au camping que les générations précédentes. Il y a beaucoup d’anciens campeurs qui sont venus en étant enfants et qui reviennent avec les leurs», dit le directeur adjoint de Camping Québec, Louis Jean.

Le nombre de campeurs saisonniers est aussi en hausse et représente désormais plus de la moitié des campeurs. Selon Mme Durand, la clientèle a évolué dans les dernières années. On trouve maintenant beaucoup plus de gens d’affaires et même des médecins et des avocats. La clientèle dispose d’équipements plus confortables et souvent plus luxueux.

«Certains auraient les moyens d’avoir un chalet, mais ils aiment le côté social du camping», dit-elle.

«Les gens veulent avoir du confort», confirme Yves Gingras, du Camping Domaine du rêve à Sainte-Angèle-de-Monnoir. En plus des services, les propriétaires ont notamment investi dans une piscine cette année, et des jeux d’eau pour plaire aux familles, qui représentent environ 70 % de la clientèle.

Début difficile

Cela dit, le début de la saison 2017 n’a pas été facile pour plusieurs campings en raison de la météo. Selon un sondage interne de Camping Québec, 40 % des propriétaires ont dû faire face à une baisse de fréquentation par rapport à l’an dernier pour la première moitié de la saison.

On s’attend toutefois à ce que la situation s’améliore d’ici la fin de la saison puisque 26 % des répondants au sondage de Camping Québec ont dit avoir davantage de réservations pour le mois d’août que pour le même mois l’an dernier.

Tranquillité recherchée

Si tous les campings ont vu leur fréquentation augmenter entre 2015 et 2016, ce sont ceux de petite taille qui ont connu la plus forte hausse. Durant cette période, les campings avec moins de 39 sites ont vu leur taux d’occupation bondir de plus de 11 %. Cette hausse n’est pas étrangère à la popularité grandissante de la tente et à la recherche de tranquillité par les campeurs. «Cette semaine, on a eu une réservation d’un gars de Toronto au début septembre. Il voulait sortir des sentiers battus et cherchait un endroit reclus», dit Simon Parent, du Camping Éco-station boréale à Lac-Édouard, en Haute-Mauricie.

Prêt-à-camper

Au camping Labelle et la Rouge dans les Laurentides, on constate aussi un engouement pour les sites loin de tout, mais surtout pour le prêt-à-camper. «Ça fait longtemps que j’ai commencé ça. Ce sont, entre autres, des familles qui veulent aller camper. Au lieu de s’équiper, elles optent pour cette formule», dit le propriétaire, Marc-André Cyr. Le «glamping», qui allie camping et luxe, gagne lui aussi en popularité.

Forte Hausse

Emplacements occupés par jour*

-2006 : 66 429

-2016 : 81 833

-+ 23 %

Les régions où il y a le plus grand nombre de campeurs**

-Montérégie : 14 621

-Cantons-de-l’Est : 10 127

-Lanaudière : 7738

-Laurentides : 7354

-Saguenay-Lac-Saint-Jean : 6676

-6,4 % de hausse des utilisateurs de tentes***

-30 % des campeurs vont visiter plus de trois campings par saison

Les plus fortes hausses de fréquentation entre 2015 et 2016

-Charlevoix : 13,9 %

-Outaouais : 11,6 %

*Moyenne de campeurs par jour durant la saison

**Emplacements occupés en 2016

***Entre 2015 et 2016

Sources : Tourisme Québec et Camping Québec

Dans la même catégorie