/buzz/homepage

Les visiteurs d’un musée brisent une pièce unique pour une photo

Southend-on-Sea Borough Council

Southend-on-Sea Borough Council

Une pièce historique, veille de plus de 800 ans, a été endommagée lorsque des visiteurs d’un musée ont voulu faire une «bonne photo» avec leur enfant.

Une portion d’un cercueil historique datant des années 1200 s’est effondrée lorsque le gamin a été placé sur le dessus, contrevenant à toutes les règles, écrites ou pas, que l’on trouve dans un musée.

Les événements se sont produits au musée Prittlewell Priory à Southend, en Essex (Grande-Bretagne), le 4 août dernier, rapportent de nombreux médias, dont la BBC.

Les employés du musée ont été choqués et troublés par cet «incident pas croyable», a indiqué la conservatrice du musée, Claire Reed.

Les visiteurs responsables ont été pris sur le fait par une caméra de surveillance, et se sont sauvés sans rien dire.

Le cercueil a été découvert en 1921, dans le sol près du monastère Prittlewell, aujourd’hui devenu un musée et centre d’interprétation.

Un squelette complet avait également été découvert dans le cercueil. Les experts croient qu’il s’agissait de la dépouille d’un moine, selon la conservatrice du musée.

Le cercueil était déjà séparé en trois morceaux depuis le début de son exposition, dans les années 20.

«Rien ne lui était arrivé depuis toutes ces années», a ajouté Mme Reed.

Le musée était bondé le 4 août dernier lorsque des visiteurs ont soulevé un enfant par-dessus la barrière de plastique afin de le placer dans le sarcophage, en espérant prendre une photo.

«Les employés ont entendu un bruit sourd, et ont pensé que quelque chose venait de se passer», raconte la conservatrice du musée.

«C’est un artefact très important d’un point de vue historique, unique pour nous, puisque nous n’avons pas beaucoup de pièces archéologiques provenant du monastère», ajoute-t-elle.

La direction du musée va tenter de réparer les dégâts afin de remettre le cercueil en exposition le plus rapidement possible.

«C’est réparable, et c’est une bonne chose», conclut Mme Reed.