/news/politics

Le PQ veut débattre du visage couvert

Kathryne Lamontagne | Agence QMI

Jean Francois Lisee

Simon Clark/Agence QMI

Disant partager l’avis du maire de Québec, le Parti québécois souhaite débattre de la question du visage couvert dans l’espace public et les manifestations.

«Le maire Labeaume, cette semaine, a eu le cran de lever le tabou sur une discussion que le Québec doit avoir», a déclaré en point de presse Jean-François Lisée, avant de proposer une pause à l’étude détaillée du projet de loi sur la neutralité religieuse, le temps de débattre du voile intégral dans la société.

Le chef du PQ souhaite que des experts locaux et internationaux se prononcent sur la question. La discussion devient d’autant plus nécessaire que les amendements de la ministre de la Justice proposent maintenant d’étendre le concept de neutralité religieuse aux municipalités et aux sociétés de transport, soutient-il.

«Évidemment, la façon dont le projet de loi est écrit est inapplicable. On a vu le maire de Montréal dire avec raison: bien, qu’est-ce qui va se passer si une personne en burqa arrive dans l’autobus? Est-ce qu’on va lui demander de montrer son visage ou non?», a illustré M. Lisée.

Si la CAQ s’est montrée en faveur d’une suspension, Québec solidaire a refusé pour sa part d’éterniser le débat. «Il y en a eu, des débats, il y en a eu, des consultations. Les gens au Québec sont tannés qu’on parle de ça, ils ont envie qu’on agisse», a exprimé Gabriel Nadeau-Dubois.

La volonté de Régis Labeaume d’interdire les masques et les cagoules lors des manifestations n’a d’ailleurs pas trouvé écho chez l’ex-leader étudiant. «M. Labeaume a droit à ses opinions, mais les tribunaux ont tranché, ce genre de règlements là ne sont pas recevables», a-t-il résumé.

Motion rejetée

Qualifiée de «ridicule» par la ministre de la Justice Stéphanie Vallée, la motion d’ajournement a été rejetée.

«Si nos adversaires politiques veulent aller plus loin dans les interdictions, ils feront campagne là-dessus», a commenté de Sept-Îles le premier ministre Philippe Couillard.

Les propos du maire Labeaume continuent de faire réagir

«C’est pas fou du tout ce qu’a dit le maire de Québec, Régis Labeaume. Surtout quand il dit qu’il y a des politiciens qui regardent la population de haut.»

- Nathalie Roy, de la CAQ

«La vraie laïcité, c’est celle-là: la laïcité des institutions. Ce n’est pas de courir après les individus qui portent des signes religieux par conviction personnelle.»

- Gabriel Nadeau-Dubois, de Québec solidaire, qui souhaite retirer le crucifix à l’Assemblée nationale et interdire les prières lors des séances des conseils municipaux.

«Si les gens veulent faire plus, plus d’interdiction, prendre plus de chance avec les droits des gens, qu’ils le fassent. Mais ça ne sera pas nous. Ils le diront à la population lors de campagnes électorales, par exemple.»

- Le premier ministre Philippe Couillard, qui réagissait aux déclarations du maire Labeaume.

Dans la même catégorie