/regional/quebec/quebec

Le directeur d’un restaurant de Québec accusé de racisme se défend

Dominique Lelièvre | Agence QMI

Un restaurant du Vieux-Québec réfute les accusations de racisme portées par un client vancouvérois qui allègue qu’on lui a facturé un pourboire de 15 % sans son approbation en raison de ses traits asiatiques.

Le 15 août dernier, Melvin Pan s’est arrêté à une table du restaurant Aux Anciens Canadiens, sur la rue Saint-Louis. «La nourriture était bonne, le service était bien, mais quand j’ai reçu ma facture, j’ai remarqué qu’il y avait 15 % de plus pour des frais de service», a raconté l’homme sur les ondes de Roundhouse Radio, un média local de Vancouver.

Il affirme avoir été choqué d’apprendre que d’autres clients avaient pu choisir le montant du pourboire, contrairement à lui. Un responsable du restaurant lui aurait expliqué que cette pratique était destinée aux touristes en provenance de pays où le pourboire est automatiquement inclus dans la facture.

« Je suis Canadien et c’est la première fois que je fais l’objet d’un profilage de cette façon. C’est du racisme », a pesté le résident de Vancouver.

Le restaurateur se défend

Appelé à réagir, le directeur de l’établissement Serge Duval affirme que ses employés ont la consigne d’expliquer « poliment » les façons de faire en matière de pourboire aux étrangers et qu’en tout temps ils doivent demander la permission au client avant d’inclure des frais de service sur leur addition, ce que le serveur de Melvin Pan jure avoir fait.

« Au mois d’août, on a une clientèle internationale à 70 %. Les Asiatiques et les Européens viennent de pays où le pourboire est inclus dans l’addition. Ils ne savent pas comment ça fonctionne ici et malheureusement, 8 fois sur 10, si on n’intervient pas, ils n’en laissent pas », explique-t-il.

Sans cette politique, Serge Duval croit qu’il pourrait perdre plusieurs de ses employés. Il souligne avoir remboursé la valeur du pourboire au client mécontent.