/regional/troisrivieres/mauricie

Retombées économiques à La Tuque grâce à un chantier d'Hydro-Québec

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

Le chantier de la nouvelle ligne à haute tension Chamouchouane–Bout-de-L'île, actuellement en construction entre le Lac-Saint-Jean et Montréal, entraîne d'intéressantes retombées économiques pour la Haute-Mauricie.

Pour loger et nourrir les 200 travailleurs provenant de l'extérieur de la région, Hydro-Québec avait d’abord envisagé construire un campement temporaire en forêt. Or, la Société d’État s’est plutôt rabattue sur les établissements d’hébergement de La Tuque, qui sert de pied-à-terre aux travailleurs.

Selon Hydro-Québec, les besoins en hébergement des travailleurs équivalent à 56 000 nuitées. «Pour loger et nourrir ces travailleurs, on estime à plus ou moins six millions $ les retombées économiques», a précisé le responsable du chantier, Jocelyn Jean.

La ville de La Tuque ressent déjà l'impact des travaux. «L'hébergement devient plus difficile, a observé le maire Normand Beaudoin. L'autre jour, on a eu Simple Plan qui est venu nous rendre visite et les gens avaient de la misère à se trouver de la place pour demeurer et pas juste à cause de Simple Plan. Ce sont des chambreurs, des gens qui prennent des appartements ou qui sont dans des hôtels.»

Au total la construction de cette ligne à 735 kV représente un investissement de 1,2 milliard $.

Des entrepreneurs sous-traitants pour Hydro-Québec en Mauricie et au Centre-du-Québec obtiennent également leur part du gâteau. «C'est l'un de nos plus importants contrats, a confié Sébastien Delorme, du groupe Thirau de Victoriaville. On parle d'un contrat au-delà de 35 millions $ pour nous et, l'an passé, on en avait obtenu un de plus de 60 millions $.

Dans la même catégorie