/news/world

Sa robe de mariée sauvée de justesse dans leur maison inondée

Une Canadienne dont le mariage était prévu pour la semaine prochaine au Texas devra revoir ses plans à la suite du passage de la tempête Harvey.

Stephanie Hoekstra, qui habite en Ontario avec ses deux enfants, devait convoler en justes noces avec un pompier de Beaumont, Kyle Parry.

Les accessoires qui serviront à la cérémonie et à la réception se trouvaient dans la maison sinistrée du Texan de 35 ans. Or, ils ont tous été ensevelis sous l’eau. Tous, sauf... la robe de la mariée!

M. Parry travaille sans relâche depuis une semaine pour venir en aide aux personnes évacuées de cette région durement touchée par Harvey, qui a déversé des quantités d’eau sans précédent sur cet État du sud des États-Unis.

En début de semaine, le pompier s’est rendu chez lui question de vérifier s’il pouvait protéger ses biens de la catastrophe naturelle. C’est alors qu’il a décidé de mettre la robe de sa future épouse à l’abri, coincée dans le haut d’une garde-robe. Et il a croisé les doigts.

Jeudi dernier, Kyle Parry a monté à bord d’un bateau avec un ami et a patrouillé son quartier complètement submergé. Les choses n’auguraient rien de bon.

«Je suis sorti de l’embarcation et j’avais de l’eau jusqu’au cou, raconte-t-il à CNN. Quand j’ai ouvert la porte de ma maison, j’ai tout de suite su que tout était perdu.»

Convaincu que rien ne pouvait être sauvé, il a envoyé un message à sa dulcinée pour la préparer au pire. «Je suis désolé mon amour, je pense que l’eau a monté jusqu’au plafond. Je crois que tout est perdu, que la robe est fichue», l’a-t-il prévenue.

En se pointant dans la pièce où il avait caché la précieuse robe blanche, quelle ne fut pas sa surprise de constater que celle-ci s’y trouvait toujours et était demeurée intacte.

Déçu d’avoir perdu presque tous leurs biens matériels dans les inondations, le couple a reporté son mariage. «Nous nous aimons tellement, a confié Stephanie Hoekstra, qui compte se rendre au Texas très bientôt. Nous nous marierons plus tard. Ce n’est pas grave», a-t-elle philosophé.