/regional/montreal/montreal

Projet Montréal promet de sécuriser les abords des écoles

Sébastien St-Jean /Agence QMI

Projet Montréal veut plus de dos d’âne, d’avancées de trottoir et de signalisation autour des écoles de la métropole afin de protéger les enfants.

C'est ce que le parti s'engage à réaliser s'il remporte les élections de novembre prochain.

La cheffe Valérie Plante s’est inquiétée mardi, en point de presse devant l’École Champlain dans son district de Sainte-Marie, des problèmes de sécurité aux abords des écoles et de l’inquiétude des parents à cet égard.

Elle dit avoir rencontré plusieurs citoyens dans son arrondissement qui récoltent des pétitions afin de demander plus de mesures d’apaisement de la circulation, mais sans obtenir de résultats de la part de l’arrondissement.

«La sécurité aux abords des écoles, c’est un dossier qui ne bouge pas depuis 4 ans. On agit très peu, c’est très lent. À chaque fois que des parents viennent en parler au conseil d’arrondissement, ils se font toujours répondre que ce sera évalué, mais sans plus», déplore-t-elle.

La directrice de l’École Champlain, Françoise-Anne Thomas, abonde en ce sens. Son école est située sur la rue Logan, entre les rues Ontario et Maisonneuve Est.

«Dès qu’il y a des travaux sur Maisonneuve, ou quand Parthenais est barré, les voitures s’accumulent sur Fullum et les automobilistes deviennent impatients. C’est arrivé souvent que des parents qui venaient porter leurs enfants à l’école aient été presque frôlés par les voitures en traversant la rue», rapporte la directrice.

Elle ajoute que pour des raisons financières, le poste de police déploie une brigadière jusqu’à 8h30, et non jusqu’au début des classes à 9h.

Valérie Plante estime que toutes les écoles sur des rues artérielles méritent d’être sécurisées, soit par des avancées de trottoir, qui réduit le temps de traverse des piétons, par de la signalisation ou par des dos d’âne.

«Je n’arrive pas à croire qu’en 2017 nous en sommes encore à parler de la pertinence de sécuriser les abords des écoles. Nous, notre vision zéro, ce sera d’agir rapidement pour mettre les mesures en place», a affirmé Valérie Plante.

L’annonce de l’administration Coderre de réduire la vitesse automobile à 30km/h aux abords de toutes les écoles n’est pas suffisante, estime-t-elle.

«Ça prend un ensemble de mesures. Le sentiment de sécurité est important et il ne faut pas attendre un accident pour agir. C’est important», mentionne Valérie Plante.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.