/news/world

«Il reste juste à espérer que ça ne soit pas si pire que ça»

TVA Nouvelles

Les habitants des îles Vierges se préparent à l’arrivée d’Irma, alors que l’ouragan se dirige droit vers eux.

«Il nous reste juste à attendre et à espérer que ça ne soit pas si pire que ça», a résumé Alexandra de Moor, une étudiante québécoise qui s’est réfugiée en montagne pour faire face à la tempête.

«La maison où on se trouve est à l’est, directement où l’ouragan va frapper, mais avec le courant, c’est censé être pire de l’autre côté», a expliqué Mme De Moor à l’émission «Québec Matin».

Pour l’heure, la jeune femme ignore complètement ce qui se passe en dehors des murs de la maison où elle est. «On ne peut pas vraiment voir à l’extérieur parce que toutes nos fenêtres sont barricadées, donc on est dans l’obscurité totale jusqu’à nouvel ordre.

Au total, six personnes se sont réfugiées dans la petite résidence à un étage qui «ressemble à un appartement». Et la nuit a été courte pour eux. «On n’a pas vraiment réussi à dormir parce que c’est super stressant, on entend la pluie dehors, le vent, l’électricité n’arrête pas de quitter et de revenir». Pas moyen de savoir précisément quand le monstre va frapper, mais tous les signes indiquent qu’il est près.

Malgré tout, l’étudiante est confiante d’avoir fait ce qu’il faut pour se préparer à toute éventualité. «On a vraiment acheté tout le nécessaire pour être le plus en sécurité possible», assure-t-elle.

En temps normal, Alexandra De Moor habite en résidence étudiante. Pour faire face à Irma, la direction souhaitait relocaliser tous les locataires temporairement vers un bâtiment précis. Mais la jeune femme a préféré viser les endroits en haute altitude. «J’ai décidé de ne pas rester là parce que j’avais la chance d’aller chez un de mes amis, en montagne. Mais sinon, tous les étudiants restent dans les résidences.»

Pendant un ouragan, «on peut ressentir comme si la maison était en train de respirer avec nous», rapporte cette étudiante, qui s’attend à une «expérience intense».

Mercredi matin, Irma avait déjà frappé les îles Saint-Barthélémy et Saint-Martin, faisant des dégâts matériels importants, selon l’AFP. L’œil de cet ouragan d’une intensité sans précédent sur l’Atlantique fait environ 50 kilomètres de diamètre.

Dans la même catégorie