/news/world

La partie française de l'île de Saint-Martin détruite à 95%

Agence France-Presse

La partie française de l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin est «détruite à 95%» après le passage de l'Ouragan Irma, a indiqué mercredi soir le président du Conseil territorial local, Daniel Gibbs.

«C'est une catastrophe énorme. 95% de l'île est détruite. Je suis sous le choc. C'est affolant», a déclaré le président du conseil territorial, ancien député de la collectivité, joint sur son portable par Radio Caraïbes International. Au moins quatre morts et 21 blessés sont à déplorer à Saint-Martin, a annoncé Eric Maire, le préfet de la Guadeloupe, un département français d'Outre mer voisin.

L'ouragan a fait au moins six morts à Saint-Martin côté français, et il menace désormais Porto Rico. Le préfet de la Guadeloupe, un département d'Outre mer français voisin, a averti que «le bilan n'est pas définitif. Loin de là».

«Nous risquons malheureusement de faire d'autres découvertes», a précisé Eric Maire aux journalistes, soulignant qu'«on estime peut-être à 60%, 70% les habitations détruites à Saint-Martin».

Plus pessimiste, Daniel Gibbs, président du conseil territorial français de Saint-Martin, a estimé que «95% de l'île est détruite». «Si on a un autre cyclone qui nous tombe dessus samedi, (...) ce n'est pas le nombre de morts qu'on va compter, c'est les vivants», a-t-il ajouté.

Le précédent bilan côté français était d'«au moins deux morts». Le président français Emmanuel Macron a prévenu qu'il fallait s'attendre à «un bilan dur et cruel» et à des «dégâts matériels considérables».

Le bilan pourrait être d'autant plus dramatique sur Saint-Martin et Saint-Barthélemy qu'environ 7000 personnes avaient refusé de se mettre «à l'abri» selon la ministre française des Outre-Mer, Annick Girardin.

«Les dégâts sont énormes, à tel point que nous n'arrivons pas encore à les mesurer», a commenté de son côté le ministre néerlandais de l'Intérieur Ronald Plasterk, ignorant «s'il y a des blessés ou des morts». Le port et l'aéroport du côté néerlandais de l'île de Saint-Martin ont gravement été touchés par la catastrophe, selon l'agence de presse néerlandaise.