/news/world

La Floride désertée par ses habitants

TVA Nouvelles

Suivez les interventions de nos envoyés spéciaux en Floride sur les ondes de TVA et de LCN.

La Floride, qui se trouve sur la route d’Irma, se prépare au pire, alors que l’ouragan devrait la frapper de plein fouet en fin de semaine.

Déjà, l’État se vide, ses habitants cherchant à se réfugier dans des endroits sécuritaires. Les hôtels affichent d’ailleurs complet dans une importante portion du sud des États-Unis.

«J’ai passé plus de deux heures à chercher des hôtels disponibles... Imaginez, j’ai fouillé jusque dans le Tennessee!» a raconté le Québécois Christian Faucher, qui habite à Sunrise, tout près de Fort Lauderdale.

L’homme, qui a décidé de fuir avec sa famille même si les évacuations ne sont pas obligatoires, a rapporté en entrevue à LCN que tout est plein de la Floride jusqu’à Nashville. «J’ai été obligé de regarder du côté ouest, et j’ai finalement trouvé une chambre d’hôtel pour trois jours au Mississippi», a-t-il expliqué. Il s’apprêtait à prendre la route en après-midi, pour un trajet d’au moins une dizaine d’heures.

«Je ne veux pas prendre de chance avec un ouragan de force 4», a-t-il mentionné.

Pénurie d’essence, manque d’eau, files d'attente dans les épiceries, bouchons de circulation: tel est le lot de ceux qui vivent dans la zone à risque. Les postes de péage ont d’ailleurs été levés temporairement, en raison de l’affluence anormalement élevée sur les routes du sud.

«Désastre» en vue

Christian Faucher n’aime pas particulièrement le fait de laisser sa maison derrière lui, d’autant plus qu’il est parfaitement conscient que l’ouragan risque d’y laisser sa trace. «Mais entre deux maux, on choisit le moindre... C’est du matériel, on est assurés. Bien sûr qu’on ne peut pas apporter tous les souvenirs qu’on voudrait avec nous», a-t-il déploré.

C’est un moment difficile aussi pour ses enfants, qui ne comprennent pas nécessairement ce qui se passe. «On préfère garder la vie de notre famille saine et sauve et s’en aller», a-t-il toutefois résumé, alors que derrière lui, ses voisins s’activaient pour placarder leur maison.

Aujourd’hui, la panique a cédé la place à l’inquiétude, pour ces gens qui avaient toujours espoir, jusqu’à tout récemment, que l’ouragan dévie et les épargne. Maintenant, «c’est presque peine perdue. Il va toucher terre à Miami et ça va être un désastre», conclut M. Faucher.

Dans la même catégorie