/news/world

Un Québécois et sa famille fuient Miami pour échapper à Irma

Agence QMI

Éric Sénécal, un Québécois qui habite Miami avec sa famille, roulait sur une autoroute jeudi pour fuir l’ouragan monstre Irma, qui se dirigeait tout droit vers la péninsule floridienne.

Dans une entrevue accordée à LCN, M. Sénécal a raconté que sa femme et leur poupon qui n’a pas encore trois mois ont pris un vol en matinée, avec le père de sa compagne, pour aller se mettre à l’abri.

«De mon côté, j’ai pris la décision d’amener des effets personnels dans la voiture. On quitte pour le Mississippi, chez la sœur de mon épouse», a dit M. Sénécal, qui comptait aussi passer par la résidence de sa belle-mère, en Caroline du Nord, où la tempête pourrait éventuellement poursuivre sa route après avoir frappé la Floride. Bien entendu, la circulation sur les principales autoroutes était au ralenti, jeudi, comme en a témoigné M. Sénécal, alors qu’il approchait d’Orlando.

Le couple ne s’est pas fait prier après que les autorités eurent ordonné l’évacuation de leur résidence située au bord de l’océan.

«On a pris la décision de quitter Miami devant l’ampleur de la possibilité de l’ouragan, qui est quatre fois plus large que la Floride, a-t-il dit [...] On a sécurisé le bateau et tout ce qui était à l’extérieur. On habite sur le bord de l’eau, sur une petite île et l’évacuation était obligatoire.»

La population de la Floride, qui n’en est pas à son premier ouragan, est toutefois inquiète, selon M. Sénécal. «Les autorités ont bien pris les choses en charge. Dès lundi, il y avait un peu de panique. Il n’y avait plus d’eau sur les étagères, certaines stations-service commençaient à manquer d’essence», a raconté Éric Sénécal, qui espère qu’Irma passera plus à l’est que la trajectoire prévue jeudi.

«L’an passé, un autre ouragan était passé plus à l’est, évitant Miami, mais cette fois on ne prend pas de chance», a indiqué M. Sénécal.

Dans la même catégorie