/news/law

Meurtre chez Maxi: Clémence Beaulieu-Patry poignardée 14 fois dans le dos

Michaël Nguyen | Agence QMI

 - Agence QMI

Le jeune homme accusé d'avoir tué une caissière dans un Maxi de Montréal l'a poignardée dans le dos une semaine après qu'elle l'eut rejeté, a affirmé la Couronne ce vendredi.

«(Randy Tshilumba) est arrivé avec un couteau de chasse et un sac contenant des vêtements de rechange, il a fait le tour du supermarché et a poignardé la victime à 14 reprises», a expliqué Me Catherine Perreault alors que s'ouvre le procès du jeune meurtrier allégué.

Selon la preuve que la Couronne compte présenter, Tshilumba, 21 ans, avait fait son secondaire dans la même école que la victime, Clémence Beaulieu-Patry. Les deux se connaissaient, mais ne se parlaient pas.

«On était dans la gang un peu populaire, on avait beaucoup d'amis», a expliqué une amie de la victime.

Ce n'est que trois ans plus tard que Tshilumba a revu Mme Beaulieu-Patry, qui travaillait dans un Maxi de Montréal. Il l'aurait alors abordée en lui demandant de sortir ensemble et lui aurait demandé son numéro de téléphone. La jeune femme de 20 ans aurait refusé.

Le 10 avril 2016, Mme Beaulieu-Patry travaillait jusqu'à 20 h, mais elle avait accepté de dépanner sa gérante en travaillant jusqu'à 21 h. «C'était une heure de plus, mais pour elle, c'est devenu une heure de trop», a expliqué Me Perreault, ajoutant que Tshilumba aurait commis son crime à 20 h 30.

Tshilumba se serait alors réfugié dans les toilettes pour femmes d'un Tim Hortons. Il aurait texté des amis en plus de se changer. Quelques heures plus tard, il serait parti en transport en commun jusqu'au cégep où il étudiait. Il aurait alors caché l'arme du crime et ses vêtements souillés dans son casier.

Il aurait ensuite effectué plusieurs recherches internet concernant la façon de laver du sang, comment se débarrasser de la preuve et comment commettre le meurtre parfait.

Le procès présidé par la juge Hélène Di Salvo est prévu pour durer cinq semaines. Tshilumba est défendu par Mes Philippe Larochelle et Sébastien Chartrand.

Dans la même catégorie