/news/world

Des dizaines de Québécois touchés par l’ouragan Irma

TVA Nouvelles

Des dizains de Québécois sont touchés par l’ouragan Irma : ils sont pris dans des complexes hôteliers de Cuba, du Mexique ou de la République dominicaine, ils s’apprêtent à braver la tempête dans une résidence de la Floride ou ils tentent de fuir par la route. Plusieurs ont fait part de leur histoire à TVA Nouvelles.

Suivez notre couverture en direct de l’ouragan Irma en lisant notre dossier à ce sujet

La combattante d’arts martiaux Valérie Létourneau, a décidé de rester dans sa résidence de Boca Raton, en Floride, et de se préparer aux puissantes rafales de l’ouragan.

«Je me sens en sécurité, je ne pense pas que l’eau va m’atteindre, je ne suis pas sur le bord de la mer et je suis au 4e étage avec des murs en bétons, témoigne-t-elle. Tout le monde est vraiment bien préparé ici, j’espère que c’est le cas pour ceux qui sont à l’ouest.»

À Boynton Beach, au nord de Fort Lauderdale, Martin Rivard espére que la menaçante Irma perdra de son intensité avant de l’atteindre.

«Même si la vitesse des vents baisse un petit peu, vraiment, il faut continuer à agir comme si c’était une catégorie 5, dit-il. Faire tout ce qu’on peut pour être en sécurité à l’intérieur de la maison ou à l’endroit où on est.»

L’homme, qui habite en Floride depuis près de 40 ans, a constaté une grande solidarité entre les habitants de son secteur.

Habitué des ouragans (il en est à son cinquième), Denis Lussier ne compte pas quitter sa résidence de West Palm Beach et reste optimiste.

«J’habite dans un condo, tout est en béton, alors c’est personnel, mais moi j’ai toujours dit que ça ne passera pas fort ici, que ça va aller vers la côte ouest», a-t-il affirmé à LCN.

Antoine Brabant et sa conjointe, Geneviève, tous deux âgés de 24 ans, sont prisonniers sur l’île de Saint-Martin. Une bonne partie de l’île, notamment l’aéroport, a été détruite par le passage de l’ouragan, ce qui rend leur évacuation compliqué.

Pendant de longues heures, leurs proches n’ont pas eu de nouvelles d’eux, une situation angoissante. Ils ignorent quand ils pourront revenir au pays.

«La compagnie aérienne a beau vouloir de tout son cœur les rapatrier, il n’y a pas d’aéroport, a dit le frère de M. Brabant, Félix, en entrevue à TVA Nouvelles. Ça prend l’intervention du gouvernement, peut-être de l’armée.»

Denise Dumont est rédactrice en chef du «Soleil de la Floride»- un média francophone publié dans l’État depuis 1983-. Elle réside à Hollywood Beach et espère que la côte Est, où elle se trouve, sera épargnée.

«On se trouve un peu à l’est du cône de la trajectoire de l’ouragan», raconte-t-elle. «Nous ne sommes pas dans une zone d’évacuation obligatoire».

Dans la même catégorie