/news/world

«Il faut s’aider l’un et l’autre pour passer à travers»

Agence QMI 

Décidé à braver l’ouragan Irma en restant dans sa résidence de Boynton Beach, au nord de Fort Laderdale, Martin Rivard attendait l’ouragan, samedi, en espérant qu’il perde de son intensité.

«On espère que la catégorie 5 devienne une 3 ou une 2, et que [l’ouragan] ne frappe pas si fort», a confié à M. Rivard, un courtier d’assurance québécois qui habite en Floride depuis 40 ans, en entrevue à LCN.

Il s’est préparé comme il pouvait, surtout dès que l’hypothèse que l’ouragan atteigne la Floride en catégorie 5. «On a fait tout ce qu’on pouvait pour être en sécurité à l’intérieur de la maison», a-t-il expliqué.

«On a essayé d’enlever tous les meubles [qui sont à l’extérieur], a-t-il précisé. On les a mis dans le garage. On a mis des panneaux par-dessus les fenêtres, qui sont anti-ouragan, pour être capables de vraiment être [en sécurité]. On a acheté du manger et de l’eau, etc.»

L’homme qui était déjà là lorsqu’en 1992 l’ouragan Andrews a frappé, l’un des plus dévastateurs à ce jour en Floride, a retenu une chose de cette expérience. «La leçon, c’est de prendre tout çà au sérieux», a-t-il dit.

«Même si la vitesse des vents baisse un petit peu, vraiment, il faut continuer à agir comme si c’était une catégorie 5. Faire tout ce qu’on peut pour être en sécurité à l’intérieur de la maison ou à l’endroit où on est.»

Martin Rivard a aussi insisté sur l’entraide entre voisins. «Il faut s’aider l’un et l’autre pour passer à travers de tout çà ensemble», a-t-il dit.

«Dans notre communauté, les voisins se parlent, a-t-il poursuivi. On aide un voisin à mettre des panneaux sur la maison. SI quelqu’un a besoin d’eau, on va lui en donner.»

Dans la même catégorie