/news/world

Un couple de Québécois coincé sur l’île de Saint-Martin

TVA Nouvelles 

Les proches d’un couple de Québécois de 24 ans incapable d’évacuer l’île de Saint-Martin, durement frappée par l’ouragan Irma, s’inquiètent. Félix Brabant demande maintenant au gouvernement canadien d’intervenir pour sauver son frère Antoine et sa conjointe Geneviève.

MISE À JOUR | Le frère de M. Brabant a indiqué sur Facebook avoir réussi à parler au couple. «Ils sont en sécurité et ont accès à de l’eau, de la nourriture et une génératrice pour charger leurs téléphones.» Il ignore toujours quand ils reviendront.

La communication est devenue impossible entre Félix et son frère, notamment en raison du manque d’électricité sur l’île. Aux dernières nouvelles, vendredi, le couple était pratiquement à court d’eau potable. Geneviève s’est également blessée au pied après avoir marché sur un clou rouillé et est incapable de trouver un remède contre le tétanos.

 

«Notre famille vit depuis quelques jours des moments très angoissants et frustrants, a écrit Félix Brabant sur son compte Facebook. Mon frère Antoine et sa conjointe Geneviève sont coincés dans la partie néerlandaise de l’île de Saint-Martin.»

À l’approche d’Irma, Antoine et Geneviève n’ont pas été en mesure de trouver une place sur un avion. L'aéroport a ensuite été lourdement touché par le puissant ouragan.

Lorsque la tempête a frappé, ils se sont réfugiés au sous-sol de son hôtel en béton, qui a été partiellement détruit. Des habitants les ont ensuite accueillis pour leur offrir un toit. Ensuite, c’est en fouillant dans les décombres que Geneviève s’est blessée.

«Nous demandons au gouvernement du Canada de prendre des actions immédiates pour évacuer Antoine et Geneviève de l’île de Saint-Martin. Nous demandons également aux autorités compétentes d’informer notre famille et les autres familles canadiennes dans la même situation des démarches entreprises et de leur avancement», a demandé Félix Brabant dans sa publication.

«La compagnie aérienne a beau vouloir de tout son cœur les rapatrier, il n’y a pas d’aéroport, a dit M. Brabant en entrevue à TVA Nouvelles. Ça prend l’intervention du gouvernement, peut-être de l’armée.»

Mercredi dernier, le président du Conseil territorial local, Daniel Gibbs a affirmé que la partie française de l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin était «détruite à 95%».

Le gouvernement du Canada a indiqué jeudi qu’il se fie aux compagnies aériennes pour permettre à ses ressortissants coincés dans la tempête de rentrer à la maison en sécurité.

L'ouragan Jose, de catégorie 4, se déplace dans le sillage d'Irma et menace également l'île de Saint-Martin.

Dans la même catégorie