/news/world

Du jamais vu, selon le météorologue Gilles Brien

Agence QMI

L’ouragan Irma, qui a atteint l’archipel des Keys en Floride dimanche matin, n’a pas d’équivalent dans l’histoire moderne de cet État des États-Unis.

«Jamais un ouragan n’a connu une telle trajectoire, c’est-à-dire traverser la Floride du sud au nord», a expliqué le météorologue Gilles Brien sur les ondes de LCN.

Les dommages causés par ce «rouleau compresseur de 200 kilomètres de large» risquent d’être considérables. «Ce qui va se passer aujourd’hui sera probablement la catastrophe la plus coûteuse de l’histoire de l’Amérique», a estimé M. Brien.

«La Floride va prendre des mois pour s’en tirer et la végétation, aussi, va disparaître dans plusieurs régions», a-t-il ajouté.

Dans le sud-ouest de la Floride, ce sont des rafales atteignant jusqu’à 240 km/h qui sont attendues dans la journée de dimanche. Le tout sera accompagné de précipitations avoisinant les 400 mm.

Mais les vents et la pluie ne sont pas les seuls éléments destructeurs. «Si vous êtes dans le sud-ouest de la Floride, vous devez aussi craindre l’onde de tempête, c’est-à-dire un déferlement côtier qui va se produire dans les prochaines heures. On parle de vagues de cinq mètres», a expliqué le météorologue.

La tempête qui frappe la Floride n’a aucune commune mesure avec les vents violents que l’on a déjà pu connaître au Québec. «À Montréal, la rafale la plus puissante que l’on ait connue, ç’a été 160 km/h. Ç’a duré quelques secondes, en 1961, en hiver», a raconté le météorologue, en précisant que les vents les plus puissants enregistré dans la province atteignaient la vitesse de 80 km/h. «On est vraiment dans une ligue mineure», a-t-il ajouté.

«La journée va être terriblement longue, pas seulement pour la population des Keys, mais pour les gens de toute la Floride», a conclu Gilles Brien.

Dans la même catégorie