/news/politics

«On va aller chercher notre monde»

Agence QMI

Le premier ministre Philippe Couillard a indiqué que son gouvernement est prêt à aller chercher, si nécessaire, les ressortissants québécois coincés dans les îles des Antilles et en Floride après le passage de l’ouragan Irma.

En point de presse dimanche, M. Couillard a affirmé qu’il s’attend à ce que le gouvernement fédéral organise des vols pour aller secourir les Canadiens. «Mais s’il faut le faire nous-mêmes, on va s’en occuper. On va aller chercher notre monde», a clamé le premier ministre.

Ce dernier a toutefois émis un bémol. «Il faut réaliser que les conditions d’atterrissage, les conditions climatiques sont très difficiles», a-t-il rappelé en évoquant la destruction laissée par Irma dans son sillage.

«J’aimerais bien vous dire qu’on va aller tous les chercher aujourd’hui. Si c’était un membre de ma famille, c’est ce que je voudrais, a mentionné M. Couillard. Il ne faut pas baisser les bras devant les complications. Il faut s’occuper des gens.»

«Un numéro a été mis en place pour permettre aux sinistrés de signaler leur situation au gouvernement. Le plus grand nombre de personnes est probablement en Floride, mais il y en a aussi à Cuba et dans d’autres îles des Antilles», a dit le premier ministre, en précisant qu’il est très difficile de savoir combien de ressortissants se trouvent dans les zones touchées par l’ouragan.

Québécoise blessée rapatriée

De son côté, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, a raconté que cinq Canadiens, dont une Québécoise, ont été évacués d’urgence par le gouvernement fédéral.

Cette personne, une stagiaire pour l’Office québécois de la jeunesse, se trouvait à Saint-Martin lors du passage de la tempête. Elle a été rapatriée au Québec, après des arrêts à Porto Rico et au Panama. «Elle est arrivée hier [samedi] soir. Elle a été transportée en ambulance à l’hôpital parce qu’elle avait un problème de commotion cérébrale. Présentement, elle est en sécurité», a expliqué Mme St-Pierre.

Le premier ministre a aussi indiqué que le Québec n’attend qu’un appel pour envoyer des équipes d’Hydro-Québec en renfort dans les pays sinistrés.