/news/world

Un Québécois craint pour sa maison à Fort Myers

Agence QMI 

Un Québécois observe, impuissant, l’arrivée d’Irma en Floride. Il a confié ses craintes de voir sa résidence, située à Fort Myers, dévastée par l’ouragan.

«Je suis à Québec, mais il y a ma maison et des amis là-bas avec qui on est en communication constante», a expliqué Denis Boivin à l’antenne de LCN, dimanche matin.

«On a peur pour les amis, peur de perdre nos maisons. J’ai parlé à des Américains qui vivent sur place, ils me disent qu’ils n’ont jamais vu ça de leur vie. C’est tellement gros que c’est épeurant».

Pour lui, les habitants de Fort Myers ne se sont pas assez préparés à l’arrivée d’Irma: «La majorité ne croyait pas que ça allait frapper le secteur. Ils ont commencé à paniquer hier [samedi].»

Sa maison, située au bord d’une rivière à Fort Myers, risque de ne pas tenir. «C’est une maison mobile comme beaucoup dans l’ouest. On ne se le cachera pas, s’il y a des vents de 250 km/h, on peut l’oublier. Si les maisons ne sont pas détruites par les vents, elles le seront par les eaux.»

«Je suis inquiet, ce n’est vraiment pas drôle, je suis content de ne pas être là-bas. Ce sont des économies d’une vie, c’est notre retraite», a ajouté le Québécois.

Même s’il croit qu’il lui sera impossible de reconstruire ou de se réinstaller sur place, Denis Boivin souhaite se rendre à Fort Myers après le passage de l’ouragan pour retrouver ses amis, voir l’étendue des dégâts et aider. «Comme 90 % des Canadiens ici, je suis assuré pour les vols et le vandalisme, mais pas pour les ouragans. J’ai un ami qui a appelé son assurance vendredi, et ils lui ont carrément répondu "on aura trop de réclamations, on va déclarer faillite."»

Dans la même catégorie