/news/politics

«Nous allons continuer d'alléger le fardeau fiscal» - Carlos Leitao

Voyez l'entrevue intégrale avec le ministre Leitao dans la vidéo ci-dessus

De bonnes nouvelles économiques attendent vraisemblablement les Québécois en 2018 grâce à une marge de manœuvre intéressante dont dispose le gouvernement Couillard.

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, n’a pas nié, en entrevue à LCN, que le Québec se dirige vers un surplus budgétaire pour l’année 2017-2018 et que ce surplus pourrait être de l’ordre de 2 ou 2,5 milliards de dollars. «Ce chiffre sera confirmé quelque part cet automne lors de la publication des comptes publics.»

M. Leitao, qui se trouve à Val d’Or, où a lieu le caucus de rentrée parlementaire du PLQ, a répondu aux questions de Paul Larocque, à l'émission 100% Nouvelles, jeudi après-midi. Il explique que ce surplus provient de trois sources, principalement des revenus plus élevés qu’attendu en raison de la vigueur de l’économie.

«Deuxièmement, il y a le fait que les taux d’intérêt sont plus bas que prévu, mais ça ne va pas durer éternellement, on en profite quand ça passe. Et troisièmement, la non-utilisation du fonds de suppléance – nos fonds de réserve.»

Qui dit surplus, dit presque inévitablement tensions au sein du gouvernement. Certains sont plus enclins à favoriser des baisses d’impôt, d’autres préfèrent un refinancement des services publics. Qu’en pense Carlos Leitao?

«Notre approche pour les années à venir sera une approche équilibrée et prudente. Nous allons continuer d’alléger le fardeau fiscal, continuer de bien financer les services publics et continuer de bien gérer la dette, tout ça, en même temps», précise M. Leitao.

Agir avec prudence

Mais se pourrait-il lors du prochain budget que les baisses d’impôt soient plus importantes que celles que les libéraux avaient prévues l’année dernière?

«On est en train de faire ce qu’on avait dit qu’on ferait: mettre la maison en ordre, dégager des marges de manœuvre et s’il y a des surplus, [les appliquer] moitié à la dette, moitié aux baisses d’impôt. C’est ce qu’on dit depuis 2014 et on va continuer de le faire.»

Puisque l’avenir comporte son lot d’incertitude, notamment avec les États-Unis et sur le plan du commerce international, le ministre Leitao insiste sur la nécessité d’agir prudemment. Pas question de «remettre les finances publiques du Québec en péril», souligne-t-il.

Quand on évoque avec lui le bloc opératoire de l’hôpital Charles-Lemoyne qui atteint sa fin de vie utile, Carlos Leitao reconnaît que les investissements dans les infrastructures publiques sont une grande priorité pour la province. Le gouvernement libéral va d’ailleurs y investir 10 milliards dès l’année prochaine, rappelle-t-il.

«Nous avons un programme sur 10 ans de 91 milliards de dollars. L’État du Québec fait un effort important et nous sommes vraiment à la limite de ce que nous pouvons faire en termes d’infrastructures publiques.»

Le ministre garde la porte ouverte: «Et si on peut faire plus, on fera un peu plus...»

Dans la même catégorie