/news/politics

Le succès du Protocole de Montréal, un exemple pour l'accord de Paris

Agence France-Presse 

TOMA ICZKOVITS / AGENCE QMI

La ministre canadienne du Changement climatique Catherine McKenna a estimé vendredi que le succès du Protocole de Montréal, signé il y a 30 ans, pour la protection de la couche d'ozone doit servir d'exemple pour la mise en application de l'accord de Paris sur le climat.

«Le Protocole de Montréal est un exemple de réussite en matière de collaboration entre les gouvernements, les experts et les gens ordinaires pour faire face aux plus grandes menaces environnementales de notre époque», a déclaré Catherine McKenna.

C'est l'exemple de ce «que le monde doit continuer à faire pour affronter la menace des changements climatiques», a-t-elle dit.

«Trente ans plus tard, nous avons l'occasion d'accomplir un succès tout aussi impressionnant avec l'accord de Paris» sur le climat conclu fin 2015, a-t-elle souligné.

Comme le Protocole de Montréal, l'accord de Paris «a été signé par près de 200 pays, et si nous continuons à travailler ensemble pour le mettre en oeuvre, alors nous pouvons réussir dans la lutte contre les changements climatiques», a-t-elle dit.

La ministre canadienne a célébré vendredi les 30 ans du Protocole de Montréal avec à ses côtés Miguel Arias Canete, commissaire européen à l'Action pour le climat, et Xie Zhenhua, représentant chinois en matière de changements climatiques.

Ces trois responsables vont retrouver samedi une trentaine d'autres ministres de l'Environnement lors d'une conférence pour avancer dans la mise en oeuvre de l'accord de Paris sur le climat (COP21).

Pour Mme McKenna, le Protocole de Montréal a été «un accord international historique ayant permis d'éliminer plus de 99% des substances qui appauvrissent la couche d'ozone».

Un amendement lui a été ajouté l'an dernier par l'accord de Kigali programmant l'élimination progressive des hydrofluorocarbones (HFC), gaz extrêmement nocifs pour le climat utilisé dans les réfrigérateurs et climatiseurs.

«En réduisant les hydrofluorocarbones aux termes du Protocole de Montréal, nous pourrions réduire le réchauffement climatique jusqu'à 0,5 degré Celsius d'ici la fin du siècle, tout en continuant à protéger la couche d'ozone», a expliqué la ministre canadienne.

Le gouvernement canadien a exhorté «les pays à ratifier l'amendement de Kigali (...) dans les plus brefs délais».

C'est une étape importante pour satisfaire à l'objectif de la COP21 de limiter dans l'idéal la hausse de la température moyenne de la planète à +1,5 degré Celsius en 2050 par rapport à son niveau de l'ère préindustrielle.

Dans la même catégorie