/news/law

4,88 millions $ d'amende

Scandale Mount Real: peine maximale demandée contre Lino Matteo

Agence QMI 

Pierre-Paul Poulin

L’Autorité des marchés financiers réclame la peine maximale de prison et 4,88 millions $ d’amende contre le responsable du scandale Mount Real, où 1600 investisseurs ont perdu plus de 130 millions $.

«Lino Matteo a eu un comportement qui justifie la peine exemplaire de cinq ans moins un jour [d’incarcération]. Il a utilisé un stratagème sophistiqué et perfide», a plaidé l’avocat de l’AMF Stéphane Poulin lundi au palais de justice de Montréal.

Matteo, 55 ans, était de retour en cour pour les plaidoiries sur la peine à lui imposer après avoir été déclaré coupable de 270 accusations portées par l’AMF.

À l’époque de son crime, qui remonte à la fin des années 90, Matteo dirigeait une entreprise qui se disait spécialisée dans la vente d’abonnement à des magazines. Or, si l’entreprise semblait bien se porter, elle était financée avec les rentrées d’argent d’investisseurs.

L’affaire avait éclaté il y a plus de 10 ans, et il a fallu attendre 2008 pour que des accusations soient déposées.

«Il a faussé des états financiers pour promouvoir une fraude à la Ponzi. Il a fait des efforts démesurés pour cacher la réalité», a déploré le procureur.

Pas de regrets

Au total, environ 1600 petits investisseurs ont perdu des sommes colossales. Or, de tout l’argent qui leur a été soutiré, Matteo n’a personnellement remboursé personne.

Pire encore, il a tenté de «dépouiller» les derniers actifs de Mount Real dans une société lui appartenant.

«Il n’y a aucune prise de conscience de sa part, il se présente comme une victime, il n’a aucun remords et il ne s’est pas excusé auprès de ses victimes, a poursuivi Me Poulin. Les investisseurs qui veulent savoir où est l’argent de leur retraite n’ont aucune réponse.»

Matteo, qui se défendait seul dans cette affaire, a toutefois annoncé ce lundi qu’il s’était trouvé une avocate. Cette dernière devra analyser le dossier avant d’accepter ou non de le représenter.

Les parties reviendront à la cour la semaine prochaine, afin de fixer la date des plaidoiries de la défense.

Notons que ce n’est pas la première fois que Matteo est condamné pour des crimes financiers. L’an passé, il avait écopé de presque huit années de pénitencier pour avoir participé au scandale Cinar, aux côtés de Ronald Weinberg.

Matteo et Weinberg, un des fondateurs de la maison de production de Cinar jadis considérée comme un fleuron québécois pour ses dessins animés comme Caillou et L’Ours Paddington, avaient participé à un stratagème visant à détourner 126 millions $ dans des comptes aux Bahamas, entre 1997 et 2005.

Dans la même catégorie