/news/law

23 mois de prison pour le massothérapeute accusé d'agression sexuelle sur trois patientes

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

Trouvé coupable en juillet d’agression sexuelle sur trois patientes qui avaient eu recours à ses services de massothérapeute, Nadim Haj Hattab a été condamné à une peine d’emprisonnement de 23 mois.

Haj Hattab était étrangement calme vendredi lors des observations sur la peine qui se déroulaient devant la juge Chantale Pelletier.

Il y a deux mois, la présidente du Tribunal l’avait trouvé coupable d’avoir agressé sexuellement trois patientes, en 2012, alors qu’il travaillait à la clinique Ayurveda Massothérapie de la rue Maguire, à Québec.

Lors du prononcé de la peine, l’homme de 42 ans, père de trois enfants, s’était emporté, tant et si bien que les constables spéciaux avaient dû intervenir pour le maîtriser.

Vendredi, la poursuivante, Me Sarah-Julie Chicoine, a rappelé le caractère intrusif des gestes posés par l’accusé à l’égard de victimes «vulnérables».

Elle a également souligné que l’accusé avait très peu de remords pour ses victimes et que ceux-ci étaient plutôt orientés «sur les pertes qui le touchait lui».

Pour l’avocat de la défense, Me Jean Petit, une peine variant entre 12 et 18 mois aurait été suffisante pour son client qui, depuis son arrestation, a cessé d’être massothérapeute.

Dans le cadre du procès, son avocat avait plaidé la croyance sincère, mais erronée, de consentement. Un argument qui avait été balayé du revers de la main par la juge.

Rappelons que la semaine prochaine, Haj Hattab sera ramené devant le tribunal pour y subir un procès en lien avec des accusations de voies de fait armées, de non-respect d’engagement et de méfait.

En février dernier, alors qu’il devait subir son procès pour lequel il a reçu sa peine, il s’en était pris physiquement à deux journalistes.

Dans la même catégorie