/news/law

Un meurtre planifié, dit la Couronne

PHOTO COURTOISIE/SERVICE DE POLICE DE MONTRÉAL

Le jeune homme qui jure avoir tué une employée d’un Maxi parce qu’il croyait sa vie en danger semblait pourtant avoir planifié son coup, a fait remarquer la Couronne lundi.

«Vous dites que vous aviez peur pour votre vie, mais votre première préoccupation [après le crime] est de vous changer, de modifier votre apparence pour qu’on ne vous reconnaisse pas», a lancé Me Catherine Perreault au procès de Randy Tshilumba pour meurtre au premier degré.

L’accusé de 21 ans affirme avoir tué Clémence Beaulieu-Patry de 14 coups de couteau, le 10 avril 2016, car il avait la conviction profonde que la jeune femme et ses amies lui voulaient du mal. Il a dit avoir consulté plus d’un an avant une page «Spotted» sur Facebook qui a renforcé ses convictions à propos du groupe de filles qu’il connaissait de vue, sans plus.

Dans sa version livrée au jury, Tshilumba a expliqué que sa peur ne faisait qu’augmenter au point qu’il craignait de se faire tirer dessus s’il sortait de chez lui.

S’il s’était présenté au Maxi de la rue Papineau à Montréal le jour du drame, c’était pour tenter de convaincre la victime de ne pas le tuer, avait-il juré.

Or, la Couronne a rappelé qu’il est arrivé armé d’un couteau de chasse. Tshilumba a rétorqué lundi que c’était pour se défendre. Mais il avait également des vêtements de rechange.

«J’hésitais entre aller m’entraîner, aller à l’hôpital pour ma constipation ou aller au Maxi», s’est justifié Tshilumba, qui n’avait pourtant pas apporté de t-shirt ni de sous-vêtements.

Mensonges

Toute la journée de lundi, il a ainsi été talonné sur son comportement avant et après le crime. Me Perreault a ainsi noté que Tshilumba avait consulté une médecin pour son anxiété vers la fin de 2015. Or, quelques semaines plus tard, l’accusé avait dit se sentir beaucoup mieux.

«C’était faux», a reconnu le jeune homme, sur le même ton monocorde qu’il a depuis le début de son témoignage.

Il dit avoir menti au médecin, car il la croyait de mèche avec les filles qui, selon lui, voulaient sa peau.

La Couronne a également noté que dans les jours précédant la mort de Clémence Beaulieu-Patry, Tshilumba s’était présenté au magasin où travaillait une amie de la victime.

Bien qu’il se soit dit stressé au point de transpirer à grosses gouttes, il a quand même pris le temps de poser des questions sur des chaussures de sport, n’a pas manqué de remarquer la Couronne.

Son contre-interrogatoire se poursuit mardi, au palais de justice de Montréal.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.