/news/culture

L’inspirante philosophie de Silya

Sandra Godin | Agence QMI 

Silya Kacel sait qu’elle ne peut pas voir les étoiles, ni les arcs-en-ciel, ni aller travailler pour la NASA, comme elle en a déjà rêvé. Mais sa philosophie est que pour chaque chose qu’elle ne peut pas faire, la vie lui offre autre chose en retour. Comme sa voix, a-t-elle confié lundi, au lendemain de sa prestation à La Voix junior, qui a ému le Québec tout entier.

Non-voyante de naissance et possédant une voix en or qu’elle a découverte à cinq ans, Silya Kacel a interprété la chanson Aimer de la comédie musicale Don Juan, dimanche soir, devant les regards émus d’Alex Nevsky, de Marie-Mai et de Marc Dupré.

À l’autre bout du fil, après une journée chargée d’émotions à l’école où les autres élèves n’ont cessé de la féliciter, l’Algérienne souhaite renforcer le message d’espoir qu’elle a livré dimanche à l’émission.

«J’ai un handicap, veut, veut pas. Il y a des trucs que j’aimerais faire, mais où c’est limité. Comme travailler à la NASA par exemple», dit-elle en riant.

«J’adore l’astronomie, je rêvais de ça, poursuit-elle. Je ne peux même pas voir les étoiles, ça doit être magnifique. Je ne peux pas voir un arc-en-ciel. Des fois, c’est difficile pour moi. Mais je sais que même si je ne peux pas voir tout ça, il y a des choses que je peux faire que d’autres ne peuvent pas. Il y a un équilibre. Il y a toujours quelque chose en échange de ma vue. (...) Je ne peux pas voir les étoiles, mais je peux chanter», dit-elle avec une maturité déconcertante.

À 14 ans, l’inspirante jeune fille souhaite dire aux jeunes de passer à travers les difficultés, qu’«il ne faut pas rester chez soi, sans rien faire, en se disant: je ne serai pas capable. Il faut foncer coûte que coûte, parce que c’est ça la vie, il faut en profiter quoi !»

«Valoriser» le classique

Silya Kacel se remémore avec enthousiasme l’enregistrement de l’émission, qui a eu lieu cet été. C’est avec le son du bouton rouge qu’elle a compris qu’un premier coach, Marie-Mai, celle qu’elle a choisie, s’était retourné.

«J’ai entendu le son, une fraction de seconde, il y avait quelque chose qui n’allait pas. Pour moi, c’était impossible! J’ai cru avoir une crise cardiaque, mon cœur battait super fort», raconte-t-elle.

«C’était le plus beau jour de ma vie. (...) Il y a plein de jours dont je pourrai dire que c’est le plus beau jour de ma vie, mais sérieux, ça va être un des faits les plus marquants.»

Silya aime plusieurs choses dans la vie, dont l’écriture et le judo. Mais, elle assure que c’est avec le chant qu’elle veut tenter de percer «tout le continent», dit-elle.

Mais, elle avoue être consciente que la musique pop est plus écoutée que la musique classique.

«Moi, j’aimerais valoriser le classique. Il y a des chanteuses d’opéra qui ne sont pas connues, mais qui sont super bonnes. J’aimerais montrer que le classique a sa place», conclut-elle.

Dans la même catégorie