/regional/montreal/montreal

Montréal réagit à l'ultimatum d'Uber

TVA Nouvelles

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a réagi mardi après-midi à l'ultimatum lancé par Uber qui affirme qu'elle cessera ses activités ici à moins d'un revirement de Québec.

M. Coderre a affirmé qu'il ne pleurera pas le départ d'Uber si la multinationale décide de quitter la province. Selon lui, l'entreprise doit d'abord s'assurer de donner un bon service et de garantir la sécurité de ses clients.

 

«Ce n'est pas une question de technologie, ce n'est pas une question d'être contre l'économie de partage. C'est juste de se dire, de façon décente, de se donner des mesures pour protéger les clients. Il faut être en toute sécurité et faire les choses adéquatement» a dit M. Coderre.

Valérie Plante, la leader de l'opposition et candidate à la mairie, partage une opinion qui va dans le même sens.

«Il y a plusieurs joueurs dans l'industrie de la mobilité à Montréal, ce qui est important pour nous, c'est qu'il soit traité sur un même pied d'égalité, de dire Mme Plante.

«Des options, les Montréalais en souhaitent, c'est ce que l'on veut, ils sont les bienvenus, il faut trouver le bon , mais encore une fois, qu'ils soient sur le même pied d'égalité», a-t-elle martelé.

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a annoncé vouloir reconduire le projet-pilote avec Uber, mais en y resserrant les règles. Notamment on souhaite imposer une formation de 35 heures aux partenaires-chauffeurs et demander une attestation policière des antécédents criminels.

Uber a confirmé que si Québec n'assouplit pas ces critères, elle quittera la province le 14 octobre prochain.

Dans la même catégorie