/regional/montreal/montreal

Des funérailles particulières pour ne pas tomber dans l'oubli

TVA Nouvelles

Un prêtre a décidé de rendre un dernier hommage à une centaine de personnes, dont de nombreux itinérants, qui sont morts dans la solitude.

Ne voulant plus voir des toxicomanes, des itinérants et des prostituées tomber dans l’oubli après leur mort, le curé Claude Paradis organise une cérémonie pour leur redonner de la dignité.

«Moi-même, j'ai connu la rue étant plus jeune. Alors, je suis un ancien toxicomane. Je connais la problématique», confie-t-il.  «Ce sont des gens qui sont décédés seuls, alors je me disais, on ne va pas encore les enterrer seuls», a expliqué le curé Claude Paradis, qui organise cet événement pour la quatrième année consécutive.

Au cimetière Le Repos Saint-François d’Assise, 101 roses blanches ont été rassemblées pour les 101 personnes dont les cendres vont être enterrées.

«Ça m'a touché de voir autant de monde. J'étais ému. Je ne pensais pas qu'on était pour en voir autant et ça m'a touché beaucoup», souligne le curé.

Chaque année, près de 300 corps ne sont pas réclamés au Québec.

Ceux qui le souhaitent pourront se recueillir autour d’une fosse commune au cimetière Le Repos de Saint-François d’Assise à Montréal.