/news/law

Un ancien chauffeur de taxi coupable d'agression sexuelle

TVA Nouvelles

Un ancien chauffeur de taxi de Sept-Îles, Donat Lizotte, 74 ans, a été reconnu coupable d’agression sexuelle sur une femme de 17 ans. Le verdict a été rendu jeudi matin au palais de justice de Sept-Îles, au grand soulagement de la famille de la victime.

Des acclamations suivies de pleurs se sont fait entendre dans la salle après le prononcé du verdict. Des réactions qui exprimaient à la fois le soulagement et la douleur des familles. La charge émotive était forte notamment parce que la victime du chauffeur de taxi s’est suicidée après les événements.

Le juge Michel Parent explique dans son jugement de 45 pages qu’il n’a pas cru la version de l’accusé. Ce dernier n’a pas témoigné au procès, mais un interrogatoire vidéo avec un policier a été présenté en preuve. L’accusé disait alors n’avoir jamais touché la victime qui était une cliente.

Cette version est invraisemblable selon le juge puisque du sperme contenant l’ADN a été retrouvé dans des prélèvements vaginaux effectués sur la victime. Le GPS du véhicule taxi contredit également le récit de Donat Lizotte. Les données recueillies lors de l’enquête ont révélé que la course a duré une heure et qu’il y a eu deux arrêts d’environ six minutes chacun dans un secteur boisé, isolé, non éclairé et inhabité.

Même si le juge a refusé d’admettre en preuve trois déclarations verbales et écrites de la plaignante, il a déterminé que celle-ci n’avait pas exprimé son consentement face à une relation sexuelle avec le chauffeur.

La mère de la victime dit que «ça a été très difficile pour [ses] enfants, car elle n’était pas enfant unique».

«Je suis heureuse aujourd’hui de pouvoir enfin leur annoncer une bonne nouvelle après tant de difficultés que nous avons dû surmonter. On peut enfin on voir la lumière au bout du tunnel. J’ai fait ça pour elle et pour les autres femmes victimes d’agression. Elles vont avoir une justice. C’est le commencement d’une nouvelle étape vers le deuil de ma fille. On peut au moins clore cette partie-là et passer à la guérison, car c’est ça qui nous empêchait de guérir», a-t-elle poursuivi.

Après le prononcé du verdict, Donat Lizotte est demeuré en liberté. La procureure aux poursuites criminelles et pénales a affirmé qu’elle avait jonglé avec l’idée de demander son incarcération, mais elle y a finalement renoncé puisque Donat Lizotte a respecté ses conditions de remise en liberté depuis son arrestation. Elle a toutefois annoncé qu’elle réclamera une peine substantielle.

L’homme reviendra en cour vendredi après-midi.

Le juge a laissé aux deux parties un délai de plus de 24 heures afin d’entreprendre des discussions, dans le but de déterminer s’ils présenteront une suggestion commune sur la sentence à imposer à Donat Lizotte.

Dans la même catégorie