/finance

Un fleuron régional restructure ses activités à Saguenay

Jean-François Tremblay | Agence QMI

La quincaillerie Laurent Lapointe, fondée il y a 75 ans à Saguenay, cherche de nouveaux investisseurs et confirme négocier avec des bannières en vue d'adopter de nouvelles couleurs.

Il n’est pas question de fermeture pour les 45 personnes qui y travaillent.

«L’ensemble des bannières nous a sollicités au cours des derniers mois, a déclaré le directeur général de l’entreprise, David Carrier. Il y a des discussions actuellement. Je regarde ça.»

Il y a une semaine, Laurent Lapointe a amorcé une promotion qui a fait réagir, avec le message «Liquidation finale, jusqu’à épuisement de l’inventaire». Cela fait partie de la stratégie de redressement de la compagnie, qui veut liquider près de la moitié de son inventaire, soit 1 million $ de marchandises, afin de réduire les coûts qu’elle a à supporter.

Des employés qui ont quitté leurs fonctions n’ont pas été remplacés non plus.

Depuis quelques années, le marché de la vente au détail n’est pas facile au Saguenay-Lac-Saint-Jean. «Les conditions économiques sont difficiles. En revoyant notre stratégie, cela nous permettra de continuer», a dit M. Carrier.

Ce virage vise un repositionnement face aux géants de l'industrie.

Les quincailleries de propriété 100 % régionale sont devenues une denrée rare dans la région. Celles qui restent ont dû s'associer à des bannières pour survivre. C'est le cas de la Réserve de bois Chicoutimi qui s'est associée à BMR et de FDS Jonquière qui fait maintenant équipe avec le groupe Home Hardware. Font aussi partie de ce groupe les quincailleries Rénomax du Lac-Saint-Jean. Les deux quincailliers Ferlac de Roberval et de Saint-Félicien font partie maintenant du groupe Rona.

Les nouveaux partenaires permettraient à Laurent Lapointe de réaliser des améliorations à ses installations. «On est ouverts à toutes les possibilités. C’est le désir de la direction d’avoir de nouveaux partenaires pour grossir l’entreprise», a indiqué David Carrier.

Une nouvelle bannière serait l’occasion d’accentuer la présence de Laurent Lapointe en ligne pour aller chercher des clients de cette façon.

Si ces discussions n’aboutissent pas, le quincaillier poursuivra son chemin avec une nouvelle vision, mais sans nouvelle bannière.

Dans la même catégorie